• Les Juifs britanniques dans la tourmente après le rejet par le tribunal de la plainte pour harcèlement d’un militant pro-israélien - [UJFP]
    http://www.ujfp.org/spip.php?article2692

    samedi 13 avril 2013

    Un jugement dans le procès intenté par un maître de conférence en mathématiques, et qui se voulait le point culminant de onze années de militantisme pro-israélien, statue que l’attachement à Israël ne fait pas intrinsèquement partie de la judéité et provoque une onde de choc dans la communauté juive.

    Anshel Pfeffer 8 avril 2013 Haaretz
    (Traduction Michèle Sibony )

    Londres – Ce n’était qu’un simple citoyen poursuivant en justice le plus grand syndicat universitaire de Grande Bretagne, mais c’est comme si tout l’Establishement juif du pays s’était tenu derrière lui au Tribunal. Ce n’était qu’une procédure de premier degré devant un tribunal du travail, et non une Haute Cour statuant sur des affaires d’ État. Mais le jugement a semblé vouloir exprimer quelque chose de profond sur ce que signifie être juif – que l’amour pour l’Etat d’Israël n’est pas un caractère intrinsèque chez les juifs de Grande Bretagne, ou partout ailleurs dans cette affaire.

    Le jugement rendu il y a deux semaines, la veille de Pâques, dans le procès de Ronnie Fraser contre le syndicat universitaire et des collèges d’enseignement supérieur (UCU) a gâché l’ambiance de vacances pour nombre de Juifs influents de grande Bretagne, puis il a peu à peu provoqué des ondes de choc dans les échelons élevés de la communauté.

    Le procès se voulait le point culminant de onze années de militantisme pro israélien pour Fraser, un maître de conférence en mathématiques qui s’est battu contre ce qu’il considérait comme une vague anti-israélienne virulente, clairement teintée d’antisémitisme, montant dans le syndicat dont il est membre.