Reka

géographe cartographe information designer - rêveur utopiste et partageur de savoirs

  • Comment des enfants groënlandais furent arrachés à leur famille pour être scolarisés au Danemark...

    Voici une histoire qui me rappelle furieusement l’histoire émouvante racontée dans le film "Rabbit-Proof Fence" du réalisateur Phillip Noyce d’après un livre de Doris Pilkington, sorti en 2002.

    http://www.imdb.com/title/tt0252444

    C’est l’histoire de trois petites filles aborigènes enlevées de force à leur mère par un représentant du gouvernement australien en 1931, pour être "éduquées" à l’occidentale à des milliers de kilomètres de là où elles viennent, dans des "camps-écoles" prévus à cet effet.

    ici, c’est Louise Fontain, une jeune groenlandaise de 9 ans qui est séparée de sa famille pour être scolarisée au Danemark dans le cadre de ce que le gouvernement appelle « une expérience »... Les autorités affirment que c’est seulement pour une année. Un beau jour de 1967, elle dit au revoir à ses parents depuis le pont du bateau qui l’emmène à Copenhague. Louise ne reviendra que quand elle aura 16 ans, elle aura pratiquement oublié sa langue maternelle...


    Louise Fontain a aujourd’hui 55 ans (en 2013) et vit en Norvège depuis 1983.

    De 1961 à 1976, 1 615 enfants groenlandais âgés de neuf ans ont été envoyés au Danemark dans des familles d’accueil pour être scolarisés, et acquérir la langue et la culture danoise.


    Enfants groenlandais à leur arrivée à la gare d’Odense en 1966

    L’objectif "déclaré" était que ces enfants devaient revenir au Groënland pour devenir "l’élite" du pays... Louise raconte qu’elle a été élevée durement, parfois battue par un couple qui n’avait pas d’enfant et « qui avait reçu une enfant de 9 ans complètement formée qui venait d’une culture complètement différente qu’ils ne comprenaient pas ». D’autres enfants sont passés de famille en famille, ils ont vraisemblablement vécus des épisodes dramatiques mais n’en parlent jamais. Dans les familles d’accueil, il y avait beaucoup de violence envers ces enfants « venus d’ailleurs ».

    Pour Louise, la perte de la langue a été fatale puisque ses parents ne parlent que Groënlandais (ils ne parlent pas Danois bien que le Groënland soit une colonie danoise). Elle n’a jamais réussi à l’apprendre à nouveau.

    Louise : « Lorsque j’étais à Copenhague, ma famille d’accueil me disait souvent que si je me comportais mal, ils me renverraient au Groenland dans un sac postal et que je ne serai bonne qu’à faire la pute sur le port. »

    Cette histoire est racontée dans un absolument magnifique documentaire radio de 43 minutes, « L’histoire d’une vie oubliée » malheureusement en danois et norvégien de sorte que vous ne pouvez pas vraiment en profiter. Cela dit, si vous êtes scandinavophone, le lien est ci-dessous.

    –-----

    Source : NRK - Tok barna fra familien - Fordypning
    http://www.nrk.no/fordypning/tok-barna-fra-familien-1.10989288

    Opplevde barneeksperiment på Grønland

    Bare ni år gammel ble norsk-grønlandske Louise Fontain sendt vekk fra hjem og familie på Grønland, som del av et omstridt dansk utdanningseksperiment. Den lille jenta visste ikke at hun aldri skulle komme tilbake.

    #groenland #enfance #colonisation #arctique #danemark

    • En complément, lire aussi :

      Greenland demands apology for Danish child experiments | IceNews - Daily News

      http://www.icenews.is/2009/08/14/greenland-demands-apology-for-danish-child-experiments

      In 1951, Denmark’s government approved a social experiment where 22 children were taken from their homes in Greenland and moved to Denmark where they were immersed in Danish language and culture. The idea was to create a new elite group of Danish-thinking Greenlanders and return them to take a leading role in their country’s education system.

      22 Children

      http://22children.tumblr.com

      “A life with a damaged identity obviously cannot be restored.”

      These are the words of Doris Jakobsen, Siumut MP in the Danish Parliment, speaking on behalf of 22 children.

      In 1951, the Danish government removed these 22 children from their homes and families in Greenland and relocated them to mainland Denmark. The children were selected and relocated with the intention of being integrated into Danish society and indoctrinated in Danish culture. According to one news source, the conductors of this experiment hoped “to create a new elite group of Danish-thinking Greenlanders and return them to take a leading role in their country’s education system.”

      The Anguish of Looking Back

      http://www.dfi.dk/Service/English/News-and-publications/FILM-Magazine/Artikler-fra-tidsskriftet-FILM/68/The-anguish-of-looking-back.aspx

      Louise Friedberg’s debut feature “The Experiment” (working title) shines a light on a dark chapter of Danish history. Denmark, today a small, relatively peaceful country with an international reputation as a climate-friendly nation of bicyclists, until 1953 was a colonial power wielding its might to commit state-sanctioned abuse against Greenlandic children.


      http://jyllands-posten.dk/uknews/ECE4191410/public-apology-demanded-over-colonial-experiment?service=printversio

      Public apology demanded over colonial experiment

      An official apology is being sought for a Danish experiment using Greenlandic children as ‘guinea pigs’ A group of 22 children lost their language, culture and family when they were moved from Greenland to Denmark in 1951, according to Politiken...

      A group of 22 children lost their language, culture and family when they were moved from Greenland to Denmark in 1951, according to Politiken newspaper.

      Prime Minister Lars Løkke Rasmussen is now being urged to issue a public apology for the experiment, which used 22 Greenlandic children aged between five and eight years old as ‘guinea pigs’.

    • A little bit more about Najavaraq alias Louise Fontain

      http://cornersofeurope.org/storytelling-by-kasia-julia-pastuszak

      Bodil Mette Louise Amalie Fontain named Najavaraq by her family. Born in Greenland.
      Lives on an organic mountain farm the last 11 years – 40 km from Hattfjelldal, 500 meters above sea level, 9 km to nearest neighbor.
      Married to a farmer and carpenter Torbjørn, mother of 5 children and photographer of the title.1

      She entitled her story in a very simple yet very deep way: This is the reason to live this life as I do here in Hattfjelldal… The story began in Greenland, in the time, when as a ten year old Greenlandic girl she had to go to Denmark to live with a Danish family. Together with other Greenlandic children, she had to go through a process of compulsory re-education. When she came back to Greenland after many years spent in Denmark, she no longer remembered her mother tongue. She’d lost her language and her song… That’s where her search for identity, belonging and acceptance began. And it was only when she’d moved to Hattfjelldal that through the work with her hands she reclaimed her language and found again her song…

    • Louise Fontain (Greenland)

      Louise is a Greenland-born photographer and freelance journalist who also runs a small farm Hattfjelldal, Norway. She wrote the script for the film documentary Siuaasat aqqutaanni, which was shown by KNR-TV (the Greenlandic Broadcasting Corporation) and at the Tromsø International Indigenous Festival. She has also held a number of photographic exhibitions in Greenland, Norway and Denmark, the last of which focussed on Greenland?s hunters and fishermen who are feeling under increasing pressure in the face of their nation´s industrialisation.

      http://sermitsiaq.ag/node/65788

    • Merci @reka, c’est rare d’avoir de l’info sur le Groenland. Dans la série danoise « Borgen » il y a un épisode qui parle du Groenland, il est question d’un référendum pour l’indépendance du Groenland, on sent qu’il y a un lourd passé colonial et un racisme anti-inuite très fort. J’avait au lycée une copine islandaise qui me disait beaucoup de mal du Groenland, elle me disait que c’était un pays d’alcooliques et de repris de justice. J’avais été surprise par le racisme soudain de cette copine vis a vis du Groenland.

      Sur le référendum en question voici ce qu’en dit Wikipédia

      Le 25 novembre 2008, a été organisé un référendum consultatif portant sur l’autonomie de l’ile, où les habitants ont très majoritairement voté en faveur d’un plan d’autonomie vis-à-vis du Danemark. Selon des résultats officiels définitifs, 75,5 % des suffrages exprimés ont voté en faveur d’un régime d’autonomie élargie.
      Le nouveau régime, soutenu par Copenhague, prévoit, entre autres, de donner au Groenland le pouvoir sur sa police, ses tribunaux, et ses garde-côtes, de faire du groenlandais, qui est une langue inuite, la langue officielle. Il accorde également aux Groenlandais le droit de contrôle sur leurs propres ressources (pétrole, gaz, or, diamants, uranium, zinc, plomb). Le texte, soumis à la population, proposait, au total, des transferts de compétence dans trente domaines. Il est entré en vigueur le 21 juin 2009, jour de la fête nationale du Groenland. Néanmoins seules les dispositions qui relèvent des compétences transférées dans le statut d’autonomie de 1978 s’appliquent. En particulier, la politique étrangère, la défense nationale, la politique monétaire constituent un domaine conservé par le pouvoir central danois10. Les Groenlandais peuvent participer à des négociations internationales sur des sujets qui les concernent exclusivement, sauf sur les questions de défense et de sécurité. Cet accord ne limite pas les pouvoirs constitutionnels du Danemark. Il est réaffirmé que les affaires internationales, la défense et la politique de sécurité, sont affaires du Royaume de Danemark. En outre, le gouvernement du Groenland peut envoyer des représentants au sein des missions diplomatiques danoises à l’étranger pour faire valoir les intérêts groenlandais. Enfin, tout projet de loi concernant le Groenland doit faire l’objet d’observations de la part du Parlement groenlandais avant que le Folketing (le Parlement danois) n’adopte (ou ne refuse) le texte. Ce procédé concerne aussi les projets d’ordonnance administrative, auquel cas c’est le gouvernement groenlandais qui se charge de l’observation.
      En cas de doute dans la dévolution des pouvoirs, une cour constituée de deux représentants du gouvernement danois, deux représentants du gouvernement groenlandais et trois membres de la Cour Suprême danoise nommés par le président de celui-ci doivent trancher. Si aucun accord n’est trouvé, les membres de la Cour Suprême ont le dernier mot11.
      Le parti Inuit Ataqatigiit, qui milite pour un Groenland indépendant, a obtenu, lors des dernières élections législatives de l’ile le 2 juin 2009, 43,7 % des voix au scrutin anticipé, soit près du double du score qu’il avait réalisé lors d’une consultation en 2005. Inuit Ataqatigiit, qui a pour dirigeant Kuupik Kleist, disposera de 14 sièges sur 31 au Parlement, contre sept précédemment [réf. nécessaire].

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Groenland
      Au sujet des enlèvements d’enfants par le Danemark, Wikipédia ne le mentionne pas. Je ne suis pas contributrice de Wikipédia, mais ça serait pas mal de faire un paragraphe sur le colonialisme et ses effets au Groenland. Ça fait partie de l’histoire et c’est important de savoir ce qui a été commis au nom de « la civilisation ». Ça rejoint ce que tu disait mardi sur l’histoire et sa subjectivité.