• Après cinq ans de crise, un livre remet les banques en accusation
    http://www.telerama.fr/idees/apres-cinq-ans-de-crise-un-livre-remet-les-banques-en-accusation,95610.php?

    La #violence sociale vous semble-t-elle compréhensible, voire légitime face à la violence de la #crise ?
    Elle est compréhensible, mais je ne peux pas la légitimer. Je la comprends cependant d’autant mieux depuis que j’ai entendu cette phrase de la bouche même d’un député européen : « Tant qu’aucun politique n’aura été liquidé par la foule, on continuera. » Ce que je dis là ne constitue pas un encouragement à prendre le fusil mais à prendre conscience du fait qu’une fraction du pouvoir #politique – notamment au niveau européen – est déjà dans un rapport de forces extrêmement violent avec la #population. Les mêmes se disent qu’on peut imposer ces ajustements structurels brutaux aux populations du sud de l’Europe tant qu’elles se laissent faire. Le jour où elles se rebelleront, on envisagera autre chose.

    • [les politiques d’austérité budgétaire]
      ne permettent pas de réduire la dette publique. Au contraire, elles l’accroissent dans la mesure où, en provoquant la récession, elles contraignent les Etats à emprunter à un taux réel supérieur à leur croissance, ce qui accroît mécaniquement les déficits. Ces plans de restriction budgétaire imposés par la « troïka » (FMI, Banque centrale européenne, Commission européenne) sont voués à l’échec. Peut-être ne sont-ils que des alibis pour imposer un programme néolibéral de démantèlement de l’Etat providence ?

      Il est temps de se rendre à l’évidence...

      Je ne connaissais pas, intéressant le bonhomme..

      Pourquoi n’y a-t-il eu quasiment aucun débat sur ce sujet, pourtant d’une importance considérable pour tous les citoyens ?
      Les Français ont été privés de débat public alors que cinq minutes suffisent pour expliquer la nocivité de ce projet. En réalité, Bercy et les banques n’ont pas voulu de débat. La discussion au Parlement a été expédiée et entièrement orchestrée par le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, dont l’argumentation reposait en partie sur des mensonges. Les quelques amendements tolérés par son administration n’ont rien changé sur le fond. On peut se demander si l’organisation de la discussion publique autour du mariage pour tous n’a pas été un moyen de divertir le débat de la question bancaire ? On a programmé la délibération sur la réforme bancaire le lendemain de la fin des débats parlementaires sur le mariage pour tous, à un moment où l’espace public était saturé par cette question. Les députés n’ont eu ni le temps ni l’énergie de discuter d’un sujet technique et difficile, auquel les Anglais ont, eux, consacré un an de réflexion, et sur lequel ils envisagent d’aller beaucoup plus loin que nous.

    • Ce matin, DS d’ASI se posait la question de comment il était possible de passer aussi peu de temps sur l’ANI tout en passant autant de temps sur le mariage pour tous. Il semblait proposer le fait que les adversaires ne s’étaient pas mobilisés.

      A mon sens, c’est tout simplement que plus aucun contre-pouvoir réel n’existe pour relayer auprès du plus grand nombre les vraies informations, avec la violence nécessaire pour cela. On peut se souvenir de la violence du « J’accuse » de Zola... Qui oserait aujourd’hui écrire un truc pareil et le publier en première page ?

      Nous sommes des lilliputiens enfermés dans un bocal fermé à double tour. Et le reste de la population ne nous entend pas, là, nous, les qui lisons ASI, le Diplo, Rezo ou ... SeenThis...

    • @BigGrizzly :
      il y a effectivement une fracture sociologique. La (vraie) gauche est désormais une petite minorité instruite, active sur le web, informée via le web, coupée du reste du monde.
      Reste du monde qui, sur TF1, qui sur l’Est Eclair, bouffe à longueur de temps du Boston, Cahuzac, Frigide Barjot, ou chasse au Roms, pour alimenter ses #phobies pendant que le gouvernement met en oeuvre la #capitulation...
      (officiellement on suit les préconisations des « agences de notation » pour gérer correctement les dépenses publiques, c’est doux comme le dos d’un agneau..)

    • Tu as raison @baroug, on n’en a pas tellement parlé. Mais pour dire quoi ? Depuis le début (cet automne), on s’offusque du fait que c’est masqué par le mariage. On s’offusque du fait que l’UMP fait semblant de s’opposer à l’ANI, tout en n’évoquant que le mariage gay. J’écrivais déjà en mai dernier que le PS userait des sujets sociétaux en guise de fumigènes, à la façon dont l’UMP usait des sujets de sécurité à son époque, pour mener la même politique. Mais à part ça, avons nous vocation à systématiquement agiter nos poings dans le vide ? La documentation sur l’ANI existe depuis le début, mais très clairement, tout le monde s’en fout, et surtout, personne n’en a parlé.

      C’est pénible de devoir conclure cela, mais malgré sa déroute idéologique, le PS a un pouvoir de mobilisation supérieur aux autres partis. Qu’il s’agisse des étudiants ou des salariés, quand le PS valide qu’il faut manifester, ben ça bouge. En tout cas, ça a pas mal bougé à l’époque de Sarkozy, au point qu’avec le recul, je trouve que Sarkozy était plus précautionneux que Hollande, qui agit sans aucun tact, et avec une violence extraordinaire (NDDL, ANI... ... ...).

    • @BigGrizzly : il est clair que Sarko doit être vert de jalousie de voir comment Hollande a fait passer son truc. Avec Hollande, personne ne se rend compta quand les syndicats manifestent, vu qu’ils ne manifestent plus..

      L’opinion est moutonnière, une bonne partie n’a pas plus de conviction que le jury du concours de beauté qui va élire celle dont il pense que les autres vont trouver la plus belle. Quand elle va voir que Hollande a réussi à faire passer - et le mariage homo - , - et la réforme du code du travail - « l’opinion » va le réhabiliter.
      Dès demain on va voir sortir des sondages indiquant une inversion de la courbe de popularité..