Reka

géographe cartographe information designer - rêveur utopiste et partageur de savoirs

  • La Stasi (police secrète est-allemande) était très active en Norvège

    Séquence nostalgie : des fragrances de guerre froide

    Le papier date de septembre 2011, mais j’ai retrouvé la coupure de presse dans ma boite "article à lire" et la photo m’a vraiment fait bien marrer...

    C’est un exemple des photos ultra-secrètes de la Stasi qui montraient comment on pouvait se déguiser avec des perruques, des moustaches et des lunettes noires... C’est presque attendrissant (mais la Stasi, en revanche, ne l’était pas).

    Au début des années 1970, la DDR avait une ambassade à Oslo, avec sans doute des espions. Les archives est-allemandes, désormais ouvertes, montrent que les ou les agents en poste en Norvège étaient incroyablement actifs par rapport à leur collègues présents dans les autres pays nordiques, à croire qu’il y avait beaucoup de choses beaucoup plus intéressantes ici que dans les autres pays scandinaves : La présence des forces de l’OTAN, une multitude de radars de surveillance (dont un à 300 mètres de là où j’habitais il y a dix ans à Sandvigen près d’Arendal où il reste encore les panneaux "photos interdites", "zone militaire", etc... et les grillages barbelés).

    Curieusement la Norvège garde ces archives confidentielles, c’est sans doute le PST qui est "assise dessus" pour le moment... De sorte qu’il est impossible pour Helmut Müller-Enbergs - un chercheur allemand en tournée en Scandinavie pour consulter les archives sur ce sujet - de consulter les documents norvégiens qui viendraient compléter ce qu’il a déjà en main.

    Le chercheur a dressé un tableau statistique du nombre d’occurrences de signalements (à destination du pouvoir est-allemand) pour chaque pays scandinave, et la Norvège arrive très largement en tête avec 1886 citations entre 1969 et 1989, l’essentiel dans la catégorie "politique et militaire".

    L’unité est allemande chargée de l’espionnage en Norvège s’appelait III/A/2 : elle couvrait aussi le Danemark, la Suède, la Finlande, l’Autriche, la Suisse, le Portugal et l’Espagne. Le département comptait 20 employés... L’un des agents avait pour nom de code... Marcel ! On sait qu’il été très actif, mais Jusqu’à aujourd’hui, absolument personne ne sait de qui il s’agit. Il est probable qui soit Norvégien...

    La réponse a cette questions se trouve, selon Helmut Müller-Enbergs, dans les fichiers qu’on appelle "Rosenholtz" à Berlin, quelque part sur un des 380 CD-Rom contenants plus de 300 000 fichiers...

    « Les autorités norvégiennes pourraient profiter de mon passage pour me faire un petit cadeau » a déclaré en rigolant Helmut Müller-Enbergs. « C’est dommage, en Suède et au Danemark, les informations sont mises à la disposition des scientifiques. Avec ce que doit avoir la PST (Service de sécurité norvégien), on pourrait écrire un livre entier ! »

    En conclusion, l chercheur se demande pourquoi les Norvégiens mettent si peu d’empressement à ouvrir leurs archives et surtout pourquoi ils se désintéressent (ou feignent de se désintéresser) totalement de cette question...

    Une réunion de chercheurs spécialisés à eu lieu sur l’île de Gotland les 26 et 27 septembre 2011, la première du genre sur le rôle de la Stasi en Europe du Nord. Ils devaient s’échanger leurs données, entre autre. Je vais essayer de retrouver les traces de cette réunion.

    http://www.aftenposten.no/nyheter/uriks/Stor-Stasi-aktivitet-i-Norge-6667828.html

    Stor Stasi-aktivitet i Norge - Aftenposten

    Disse Stasi-bildene var topphemmelige, men ble nylig funnet og frigitt. Daværende Stasi-medarbeidere viser hvordan man kunne forkle seg med blant annet parykker, løsbarter og mørke briller.

    Overraskende mye og viktig informasjon om norske militære og politiske forhold ble rapportert inn av Stasi-agenter, viser ny forskning. – Norge er undervurdert i Stasi-sammenheng, mener eksperten Helmut Müller-Enbergs.

    #ddr #allemagne-de-l-est #espionage #guerre-froide #norvège #scandinavie #archives