• Reader d’#ebook : ce que lecteur veut | Hervé Bienvault
    http://owni.fr/2011/03/28/reader-ce-que-lecteur-veut

    micro-enquête sur les lecteurs d’#ebooks au salon du livre.

    les lecteurs adhèrent maintenant très fortement à l’#ePub. Si certains voulaient encore des #PDF pour la qualité des présentations, ils se rendent compte maintenant que lire de l’ePub est bien plus pratique et pérenne pour constituer des bibliothèques. D’autre part, c’est plus sur les façons dont les livres sont conçus que le débat se porte et c’est finalement rassurant que les lecteurs soient sensibles à la présentation de ce qu’on leur donne à lire. Et là, c’est vraiment pas bon pour certains éditeurs et lecteurs
    (...)

    Au final quelques recommandations :

    – texte justifié impérativement.
    – empagement avec 1.500/1.700 signes ; les gens veulent des mises en pages simples type livre de poche indiscutablement, quitte à grossir la police après coup par eux-mêmes s’ils le désirent.
    – marges suffisamment larges (5 à 10 mm) et égales ; certains éditeurs font le choix de décentrer en laissant une marge plus importante à droite pour un folio, beaucoup de retours contre.
    – blancs de tête et de pied (5 à 10 mm) également, il faut que ça respire !
    – césures seraient appréciées pour éviter les blancs typographiques.
    – éviter l’interlignage trop important.
    – éviter les alinéas trop importants, 4/7 mm maxi ; certains font plusieurs centimètres, extrêmement gênants.
    – polices à privilégier : des polices avec empâtements type Garamond/Plantin/ Minion par exemple côté propriétaires ; polices sans serif, Déjà Vu et Libération par exemple côté libres. Les gens réclament plus de choix de ce côté-là, type iBooks par exemple

    On retrouve indiscutablement les caractéristiques des mises en page de #livre de poche.

    #design #typographie