• Big Brother, Mickey et les autres
    http://www.politis.fr/Big-Brother-Mickey-et-les-autres,22561.html

    Quand allons-nous enfin regarder la réalité en face ? Nous vivons dans le monde de Big Brother et de Mickey, et nous l’acceptons. Il y a, d’un côté, Big Brother avec ses milliers de caméras qui nous reluquent – au coin des rues, dissimulées dans les mannequins en devanture et derrière les écrans publicitaires, dans les transports, les lieux publics et privés –, son entrelacs de fichiers, ses puces et ses sésames biométriques qui tracent nos allées et venues. De l’autre, il y a Mickey et ses grandes oreilles, planqué derrière nos téléphones portables, nos Box et nos sites internet préférés, qui « écoute » et intercepte toutes les données issues de nos communications et activités électroniques. Et l’actualité vient de donner une idée de l’extension de cette surveillance sans possibilité de réel contrôle....
    ...Depuis les lois sécuritaires et le Patriot Act, promulgués dans la foulée des attentats du 11 Septembre, on savait que la lutte contre le terrorisme vaut droit de nier les droits et les libertés de tous. Que Google et les autres avouent se plier aux obligations de Prism importe peu, on les en sait capable. Ce qui compte, c’est que ces fuites de documents lèvent un coin du voile sur la mise en place subreptice d’une nouvelle forme de société de la surveillance totale. Une nasse technologique globale, qui à l’instar des caméras placées par Big Brother dans chaque appartement, a le potentiel de mettre chacun à nu, « ciblé » à tout moment de sa vie, de fouiller sa maison pour tenter d’en déduire des « intentions ». Le fait que ce dispositif ait vocation à défendre la démocratie contre les méchants ne change rien au fait qu’il est d’essence totalitaire...

    #big_brother #Prism #NSA_et_les_autres #société_de_contrôle #

    • et Maj du 12 :
      Suite à ces révélations, Obama a confirmé l’existence de ces interceptions et justifié ces « légers accrocs à la vie privée » en expliquant que « on ne peut pas avoir 100% de sécurité et 100% de respect de la vie privée »...
      Google, Facebook et Microsoft, après avoir nié toute participation au programme Prism, ont demandé au gouvernement la permission de préciser les détails des demandes concernant les informations sur des utilisateurs étrangers. Un aveu du type « excusez nous mais nous ne faisons qu’exécuter les ordres » destiné à rassurer leurs employés et clients.

      De leur côté, 86 organisations de défense des libertés, personnalités et sites internet ont fait parvenir une lettre au Congrès pour qu’il révèle tous les détails et mette un terme à « cette surveillance au chalut qui viole le 1er et le 4ème amendement de la Constitution, qui garantissent aux citoyens le droit de s’exprimer librement, de s’associer anonymement et les protègent contre des recherches et des saisies d’informations déraisonnables ».
      Elle a été publiée sur le site #Stopwatching.us
      https://www.stopwatching.us