Stéphane Bortzmeyer

Je suis un homme du siècle dernier, j’essaie de m’adapter, mais je n’en ai pas vraiment envie.

  • Les textes critiques argumentés sur #Unicode sont rares donc je cite celui-ci :

    http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=DN_063_0089

    (« Unicode : tentations et limites » L’avis d’un typographe, d’Olivier Randier)

    Sur le fond, c’est sérieux, mais sur la forme, il ne résiste pas à la tentation du troll comme lorsqu’il cite malhonnêtement 30 millions de locuteurs des langues berbères pour regretter le retard à la normalisation de l’écriture tifinagh (seule une petite minorité de berbérophones utilise cette écriture).

    Le point de vue est en effet celui d’un typographe, qui méprise et ignore tous les autres usages : par exemple, lorsqu’il discute l’ambition d’Unicode d’automatiser les traitements, il s’indigne de ce qu’on puisse vouloir remplacer les typographes par des machines... en oubliant qu’il y a bien d’autres traitements que la mise en page !

    Enfin, l’auteur semble être extrêmement ignorant de la norme Unicode : par exemple, lorsqu’il critique le manque de cohérence de certains caractères (pourquoi certains ont droit à une forme en exposant ou en indice et pas d’autres), il n’a manifestement lu aucun document sur Unicode, ce problème étant largement discuté (en deux mots : compatibilité avec les codages existants).

    #typographie