Basta !

Basta ! est un site d’information indépendant sur l’actualité sociale et environnementale.

  • L’obésité, une « maladie de civilisation » qui affecte les plus pauvres
    http://www.bastamag.net/Obesite-cette-maladie-de

    Le surpoids tue : plus de deux millions de personnes en meurent chaque année sur terre. Et le nombre de malades croît sans cesse : près de 1,5 milliard de personnes sont en surcharge pondérale à travers le monde. Les populations pauvres des pays riches sont les premières touchées. En France, on compte deux fois plus d’obèses chez les ouvriers que chez les cadres ! En cause : une #Alimentation trop riche, un manque chronique d’activité physique, mais également la nourriture industrielle low cost et les (...)

    #Décrypter

    / Pollutions , #A_la_une, #Classes_populaires, Santé , Menaces sur la #Santé_publique, #Enquêtes, (...)

    #Pollutions_ #Menaces_sur_la_santé_publique

    • On peut établir un parallèle entre la montée de l’obésité morbide et le développement des hard discounters de l’alimentation qui ne sont en fait que le terminal d’une chaîne de production orientée profits à court terme au détriment de la qualité.

    • Comment expliquer ces disparités ? « Les plus diplômés sont ceux qui ont l’alimentation la plus saine (avec plus de fruits et légumes, des apports plus élevés en nutriments, des meilleurs indices alimentaires...) parce que ce sont ceux qui s’intéressent le plus aux liens entre nutrition et santé », relevait une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc). « La fragilité économique ne favorise pas une bonne consommation alimentaire », rappelle de son côté Marie Citrini. « Quand on a 50 euros en poche pour faire les courses, on compense les jouets que l’on ne peut pas acheter par l’achat de boissons sucrées, de frites, de pizzas. Parce que l’on veut faire plaisir à ses enfants et que ces plaisirs là ne coûtent pas très cher. »

      Sinon, pas d’accord, avec toi @sombre. Il se trouve que les hard discounters s’approvisionnent auprès des PME qui fournissent la plupart des grandes enseignes en marque blanche. Et en fait, le même produit change de prix en fonction de la marque collée dessus. Comme le cahier des charges doit satisfaire le client le plus exigent, on a plutôt de bons produits génériques.
      Le truc, c’est plutôt les gens qui surpayent des produits de marques à forte valeur ajoutée, alors que ce qu’il y a dedans est la même chose que chez le discounter du coin.

    • Chez les hard discounters, tu trouves bon nombre de produits avec des excédents en sucre, type desserts lactés ou des excédents en matières grasses, type plats cuisinés. Qu’est-ce qui peut être intéressant à acheter en hard discount ? L’épicerie de base genre pâtes, riz, moutarde, vinaigre, les primeurs moins chers que dans les grandes enseignes, le fromage sans être trop exigeant sur la diversité (quoique je trouvais de l’excellente feta grecque fabriquée là-bas et que je privilégiais à la célèbre marque, plus chère évidemment), quelques produits de charcuterie sans être trop regardant sur les quantités de sels nitrés.
      Maintenant, un autre phénomène qui accentue le développement de l’obésité, c’est la tendance qu’ont les parents à ne plus faire la cuisine ; Il est vrai que ça prend du temps ... Et ça, ça ne touche pas seulement les catégories de populations défavorisées