Nicolas

Projet de vie en #permaculture dans le Sud Ouest

  • Affaire Bygmalion : quand Nadine Morano supprime un tweet embarrassant

    http://www.lepoint.fr/politique/bygmalion-quand-nadine-morano-supprime-un-tweet-embarrassant-27-05-2014-1828

    Une fois n’est pas coutume, Nadine Morano s’est illustrée par un nouveau petit bidouillage sur Twitter, comme le rapporte Le Huffington Post. Affaire Bygmalion oblige, l’ex-ministre a dû faire un peu de tri sur le réseau social après que les internautes ont exhumé un tweet d’avril 2013. Nadine Morano y commentait alors un autre scandale, celui de l’affaire Cahuzac : « Pour les menteurs et fraudeurs, la sanction doit être exemplaire, assortie d’une inéligibilité à vie. »

    Je rêve d’un site qui met face à face les déclarations d’hommes et femmes politiques sur les renversements de situations, genre « cette élection n’a pas de portée nationale » vs « c’est un camouflé pour le pouvoir, démission » suivant que c’est une défaite ou pas, ou comme #Copé qui disait du style "faut arrêter avec le « j’étais au courant de rien » c’est une défense trop facile" pour #Cahuzac et qui ressort la même défense. Cette oligarchie représentative me fait de plus en plus gerber ...

    #twitter #bygmalion #UMP

    • C’est un peu facile de systématiquement dire « tous pourris ». A mon sens. J’étais avec un proche au téléphone (je dis ça en toute amitié hein). Il m’a lancé sur ces sujets, Alstom, tout ça. A chaque fois, il y allait de son évidence « ah mais ça va faire augmenter les impôts ». Et autres trucs qui sortent des tripes plutôt que du ciboulot...
      Alors en effet, la vie politique est corrompue. Et visiblement, même quand on encadre par des lois et qu’on donne pleins de moyens légaux d’arriver au pouvoir, ce n’est jamais assez. (on va chercher des enveloppes chez les petites vieilles, on fait passer des mallettes en Suisse...). Mais il y a des partis plutôt moins corrompus que les autres. On les connait. Pourquoi, par exemple, est-ce que la corruption supposée des salariés EDF (ils ont des privilèges !!!!), nous choque plus que la corruption des dirigeants du MEDEF ou de l’AFEP ? Que celle des dirigeants des grands partis politiques ? (Copé dans la piscine...)

      J’ai toujours été épaté par la façon dont les porte-paroles des petits partis politiques pouvaient être agonis sans raison concrète. Joly, Mélenchon, ... Les « qui réfléchissent avec leurs tripes » t’assènent sans hésitation des « c’est une crapule, c’est un médiocre »... sans hésitation et sans argument. Alors que pour les dirigeants des grands partis, ce n’est que silence ou respect... Mais comment peut-on respecter un Copé ou un Hollande ? Un Sarko ou un DSK ?

    • @biggrizly, non ce n’est pas facile à dire pour moi et ça fait mal. Et ça part des tripes pour chaque affaire nouvelle mais la tête se rappelle de toutes les précédentes.

      J’y vois un parallèle avec les journalistes, qui se défendent de toute censure de la part de leur hiérarchie. C’est sans doute vrai mais seulement parce que ceux qui sont montés avaient une vision compatible avec la hiérarchie.

      Peut être que les professionnel⋅le⋅s de la politique des petits partis sont moins ou pas corrompu⋅e⋅s mais justement illes n’ont pas de gros rôles dans le pouvoir, et les deux sont liés dans les deux sens pour moi. Si tu veux monter il va forcément falloir tremper dedans (secrets des appareils politiques ou du pouvoir) ou même juste faire de la politique dans le sens le plus gerbant (alliances, coup fourrés, allégeances, ....). J’y vois aussi un parallèle avec le métier d’avocat où l’important c’est pas la vérité mais défendre le client (sous un verni de « tout le monde a le droit d’être défendu »). La politique c’est un métier, et le but c’est de gagner, le reste c’est secondaire.

      Je comprends même pas pourquoi on peut se représenter ou occuper un poste de pouvoir avec un casier pas vide.

    • Le problème n’est pas la corruption, mais la collusion de #classe : politiques, journalistes, décideurs, chefs de grosses entreprises... tous les pouvoirs sont concentrés entre les mains d’un groupe de personnes relativement retreint caractérisé par une assez importante homogénéité de classe sociale. Gauche ou droite, ils ont tous plus ou moins le même parcours, fréquente les mêmes endroits et prennent grand soin de ne se reproduire qu’entre eux. L’ascenseur social s’est craché au sous-sol et il y a toute une batterie de plafonds de verre qui compartimentent soigneusement chaque étage du tissu social.
      Le gros des journalistes qui comptent dans ce pays travaillent dans l’équivalent d’un mouchoir de poche, deux ou trois pâtés de maison à Paris : ils boivent dans les mêmes bistrots et partagent les mêmes cantines. Ils sont surtout très proches géographiquement du biotope fréquenté par les responsables politiques, eux-mêmes pas très éloignés des dirigeants économiques.
      Après, ils peuvent te jouer la partition de la #décentralisation sur l’air qu’ils veulent, la réalité, c’est que tous les pouvoirs sont concentrés sur la capitale. Ce qui, par le jeu de la #ségrégation spatiale, garantie la reproduction des #dominations.

    • A quand la parité sociale à l’Assemblée ? Employés et ouvriers représentent la moitié de la population active, mais seulement 3 % des députés.
      http://www.inegalites.fr/spip.php?article166

      Ce n’est pas la corruption qui me choque le plus, mais le jeu politique. Même si évidemment la corruption est une saleté, je suis plus outré par le geste de Morano personnellement, sans trop savoir pourquoi. Peut être parce que la corruption est un acte de profit personnel, alors que ce manque d’intégrité (on défend son parti et on crache sur le parti adverse) c’est vraiment une des bases vérolées de l’oligarchie représentative. Et que souvent ça apparaît après un fait saillant (élections, affaires) et que j’aimerai bien voir une petite lueur de compréhension plutôt que leur lecture politicienne des événements.

    • Ce n’est pas la corruption qui me choque le plus, mais le jeu politique. Même si évidemment la corruption est une saleté, je suis plus outré par le geste de Morano personnellement, sans trop savoir pourquoi. Peut être parce que la corruption est un acte de profit personnel, alors que ce manque d’intégrité (on défend son parti et on crache sur le parti adverse) c’est vraiment une des bases vérolées de l’oligarchie représentative.

      Corruption, jeu politique, manque d’intégrité, tout cela se tient comme les pierres imbriquées d’un même édifice, celui de la démocratie représentative. Enlèves-en une et tout l’ensemble est déstabilisé.
      Le problème est que la grande représentation des bouffons est encore suivie par trop de spectateurs : quand il y aura 90 % d’abstentions, votes blancs ou nuls (même statut pour ces trois comportements électoraux et ne me dites pas que le décompte à part des votes blancs y a changé quelque chose), l’oligarchie passera pour ce qu’elle est vraiment, le gouvernement de quelques uns pour tous les autres.
      Après quand tu entends des gens te dire qu’ils ont voté FN car ils ont tout essayé (PC, PS, UMP) et que ça n’a pas marché, donc pourquoi ne pas essayer l’extrême droite, et bien, l’oligarchie a de beaux jours devant elle.

    • collusion de classe

       ?
      La « classe politique » n’est pas une classe sociale.
      La catégorie des journalistes et autres employés des médias est un groupe professionnel.
      Histoire de parler clairement.

    • James, si les hommes politiques, les chefs d’entreprise et les journalistes forment une classe sociale, alors qu’est-ce qu’on forme nous ? La classe sociales des causeurs généralistes ? Maillard ajoute un peu d’homogéneïté et ça lie la salade. « Ce que parler veut dire »,etc.