• Ordres honorifiques et décorations - Les honneurs et la gloire - Herodote.net
    http://www.herodote.net/Ordres_honorifiques_et_decorations-synthese-1684-221.php

    « C’est avec des hochets qu’on mène les hommes ! » Ainsi répond en 1802 Napoléon Bonaparte à un conseiller d’État qui s’inquiète de ce que la Légion d’Honneur viole le principe révolutionnaire d’égalité.

    Disant cela, le Premier Consul s’inscrit dans une démarche vieille d’un demi-millénaire, la plupart des grands monarques ayant eu à coeur, dès la fin du Moyen Âge, de s’assurer à moindre coût, par des distinctions purement honorifiques, le dévouement de leurs serviteurs.

    Un substitut à l’allégeance féodale

    Aux alentours de l’An Mil, en Europe occidentale, le pouvoir monarchique se structure autour des liens de vassalité par lesquels les guerriers font serment de servir leur suzerain en toute exclusivité.

    À la fin du Moyen Âge, au XIVe siècle, ces liens s’affaiblissent du fait des allégeances multiples. Certains seigneurs prennent prétexte de ce qu’ils ont prêté serment de vassalité à plusieurs suzerains pour n’obéir ni aux uns ni aux autres.

    Dans le même temps, dans les châteaux, avec l’élévation du niveau d’instruction, on se prend de passion pour les récits épiques autour de Roland ou des chevaliers de la Table Ronde, qui mettent à l’honneur les vertus chevaleresques.

    Les souverains se saisissent de ce levier affectif pour s’attacher leur noblesse. C’est ainsi qu’en 1330, le roi Alphonse X de Castille et Léon fonde le premier « ordre de chevalerie » : l’ordre de la Bande (aujourd’hui disparu).
    Les grands ordres de chevalerie

    L’exemple espagnol est très vite repris par les autres souverains qui fondent à leur tour des ordres de chevalerie, avec des rituels et des attributs vestimentaires prestigieux ainsi que des grades, le plus haut étant celui de grand-maître de l’ordre, réservé au souverain, cela va de soi.

    Ces ordres précipitent la fin de la féodalité et l’avènement des États modernes, leurs membres, honorés pour leurs mérites, n’ayant plus de motif d’obéir à d’autres suzerains que leur roi.
    – L’ordre de la Jarretière :

    Le 23 avril 1348, le jour de la Saint Georges, saint patron de l’Angleterre, le roi Édouard III fonde le « nobilissime ordre de la Jarretière » (en anglais : Most Noble Order of the Garter). C’est le plus ancien ordre de chevalerie qui subsiste aujourd’hui.

    La jarretière est un ornement féminin qui sert à fixer les bas mais c’est aussi un équipement qui retient les jambières des chevaliers.....

    >>>

    « C’est avec des hochets qu’on mène les hommes ! » Ainsi répond en 1802 Napoléon Bonaparte à un conseiller d’État qui s’inquiète de ce que la Légion d’Honneur viole le principe révolutionnaire d’égalité.

    <<<

    #Ordres_honorifiques
    #décorations
    #honneurs
    #gloire