• Le mythe des #vitamines
    http://charlatans.info/news/Le-mythe-des-vitamines

    En 2007, des chercheurs du National Cancer Institute ont examiné 11000 hommes qui ont pris ou n’ont pas pris de complexes multivitaminés. Ceux qui en ont pris étaient deux fois plus susceptibles de décéder d’un #cancer de la prostate avancé. En 2008 une revue de toutes les études existantes, impliquant plus de 230000 personnes qui ont reçu ou n’ont pas reçu de suppléments d’antioxydants, ont trouvé que les vitamines augmentaient le risque de cancer et de maladie cardiovasculaire.

    Le 10 octobre 2011, des chercheurs de l’Université du Minnesota ont évalué 39000 femmes âgées et ont trouvé que celles qui prenaient des suppléments multivitaminés, du magnésium, du zinc, du cuivre et du fer décédaient plus que celles qui n’en prenaient pas. Ils ont conclu : « à partir des éléments de preuve existants, nous voyons peu de justifications pour une consommation générale et répandue de compléments alimentaires. »

    Deux jours plus tard, le 12 octobre, des chercheurs de la Clinique de Cleveland ont publié les résultats d’une étude sur 36000 hommes qui ont pris de la vitamine E, du sélénium, les deux ou rien du tout. Ils ont trouvé que ceux qui prenaient de la vitamine E avaient 17 % de risques de plus de cancer de la prostate. En réaction à cette étude, Steven Nissen, responsable du département de cardiologie de la Clinique de Cleveland, déclarait : « le concept des complexes multivitaminés a été vendu aux consommateurs par une industrie de l’alicament avide et désireuse de générer des profits. Il n’y a jamais eu de données pour valider leur usage ». Le 25 octobre, le Wall Street Journal titrait : « Est-ce la fin des vitamines ? » Pourtant, les études négatives n’ont jamais fait chuter les ventes.

    Comment cela peut-il être possible ? Étant donné que les radicaux libres endommagent vraiment les cellules, et étant donné que les individus qui ont une alimentation riche en substances qui neutralisent les radicaux libres sont en meilleure santé, pourquoi les études sur les compléments alimentaires d’antioxydants montrent que ces derniers sont nocifs ? L’explication la plus probable est que les radicaux libres ne sont pas aussi mauvais que ce qu’on croit. Bien qu’il soit clair que les radicaux libres peuvent endommager l’ADN et rompre les membranes des cellules, ce n’est pas toujours une mauvaise chose.

    Les gens ont besoin de radicaux libres pour tuer les bactéries et éliminer les nouvelles cellules cancéreuses. Mais quand les gens prennent des fortes doses d’antioxydants, l’équilibre entre la production et la destruction de radicaux libres pourrait trop pencher d’un côté, causant un état artificiel dans lequel le système immunitaire est moins en mesure d’éliminer les envahisseurs. Des chercheurs ont appelé ceci « le paradoxe antioxydant. » Quelque-soit la raison, les données sont claires : des hautes doses de vitamines et de suppléments augmentent le risque de maladie cardiovasculaire et de cancer ; pour cette raison, pas une seule organisation nationale ou internationale responsable de la santé du public ne les recommande.

    #santé

    • Un biais statistique me parait assez évident dans leur truc : les gens qui se complémentent sont souvent ceux qui ont des soucis de santé, et ces mortalités sont plus vraisemblablement dûes à cette moins bonne santé de base qu’au fait de prendre des pastilles de magnésium ou de vitamine B6.
      Avant d’extrapoler sur leur « paradoxe antioxydant » ils feraient bien d’apprendre à considérer des facteurs multiples.
      Ça me rappelle un article concluant à partir d’un échantillon de Britanniques que le régime végétarien favorisait significativement une plus longue espérance de vie. Mais ils ne prenaient pas du tout en compte le fait que dans l’étude en question les végétariens étaient majoritairement des bourgeois et les non-végétariens étaient majoritairement des prolos.
      #selon_une_étude_récente
      lien avec http://seenthis.net/messages/259597