odilon

artiste aux mains pleines de doigts - visionscarto.net

  • Année internationale de l’agriculture familiale
    http://www.grain.org/fr/bulletin_board/entries/4974-2014-annee-internationale-de-l-agriculture-familiale

    Deuxième question : pourquoi l’#agriculture_familiale ? Et pourquoi pas « l’#agriculture_paysanne » par exemple ? Dans les textes, il est précisé que « l’agriculture familiale permet d’organiser la production agricole, forestière, halieutique, pastorale ou aquacole qui, sous la gestion d’une famille, repose essentiellement sur de la main d’œuvre familiale, aussi bien les hommes que les femmes ». C’est un terme relativement « neutre » qui ne dit rien sur la taille, sur la structure de la propriété, sur les pratiques culturales... Ainsi il existe des agricultures familiales sous contrat, c’est-à-dire dépendant totalement d’une entreprise agro-alimentaire voire d’une multinationale. C’est le cas pour l’élevage mais aussi pour de nombreuses productions tropicales comme le café ou le cacao, par exemple. Les producteurs n’ont aucune autonomie dans leur travail. C’est la firme qui les fournit en intrants, pose ses conditions de production et rachète, sous conditions, les produits. Il peut y avoir de très grandes exploitations industrialisées gérées par une famille. Il peut y avoir une agriculture familiale qui ne produit que des produits pour l’exportation et peu de cultures vivrières. C’est une catégorie fourre-tout qui permet aux « développeurs » de suggérer une nécessaire « modernisation » ; c’est ce que suggère la liste des « facteurs clés » précédemment cités.

    Terme ambigu

    Deux exemples viennent confirmer l’ambiguïté du terme. La Commission européenne a organisé fin novembre 2013 une conférence sur l’agriculture familiale. Dans la séance d’ouverture il n’y avait aucun représentant de l’agriculture familiale mais des fonctionnaires européens et un cadre supérieur d’Unilever qui a expliqué ce qu’il attendait de cette campagne. (2)
    ...

    L’agriculture paysanne est revendiquée par ceux qui se battent contre les traités de libre-échange (comme le Traité Transatlantique) qui détruit le travail des paysans, contre les OGM qui mettent en péril la survie de l’humanité, contre les accaparements de terre qui enlèvent leur outil de vie à des milliers de gens, contre des experts qui prétendent dicter des manières de produire et qui contribuent à la destruction de la planète. Ce sont toutes ces luttes qui sont passées sous silence par cette Année internationale de l’agriculture familiale. On pourrait parler d’une forme de « stérilisation » des conflits politiques qui se nouent autour de l’agriculture paysanne. Via Campesina a décidé néanmoins de participer à cette Année internationale de l’agriculture familiale pour profiter d’un espace de débats. Espérons que sa voix sera entendue. ■

    #FAO #agrobusiness