• D’une certaine façon, oblique mais correspondant bien aux consignes du Système, on comprendrait aussi bien que les USA (ni l’Ukraine, évidemment) n’aient pas voté cette résolution antinazi, lorsqu’on mesure l’importance du rôle tenu par Dimitri Iaroch, chef du groupe Pravy Sektor et de toutes les unités para-militaires qui en sont issues, dans le contrôle et l’évolution de l’Ukraine-Kiev qui sied à ce qui tient lieu de politique US. L’historien US Eric Zuesse fait un portrait saisissant de la situation en Ukraine sous la direction effective de Iaroch, – car, effectivement, c’est bien la thèse qui est présentée. Le portrait dressé dans notre texte du 3 octobre 2014 déjà cité n’a fait que se durcir, démentant complètement les thèses initiales qui faisaient des groupes nazis et ultranationalistes les instruments et autres “idiots utiles” des libéraux globalistes chargés de prendre le pouvoir à Kiev... (Dans Washington’s blog, le 20 novembre 2014.)

      « However, Yarosh has turned out to be Ukraine’s actual leader, despite his not being officially at the top. [...] Yarosh’s teams carry out the most violent operations for the CIA in Ukraine (including the coup). Since these are the people who actually specialize in this sort of political operation, Yarosh basically commands the country. Ukraine is now run on fear, and everyone fears Dmitriy Yarosh. Even Ukraine’s other leaders fear him. He is sometimes shockingly public with his threats against even the nation’s President. Yarosh is the only person who can afford to be. »

    • Une partie de la population de l’ouest, et pas que les hooligans du FC Karpaty de Lviv, commémore avec ferveur les anciens de la 14e division de Waffen Grenadier der SS Galizien. Y compris défilé en uniforme SS et en armes devant des représentants des autorités…

      En juillet 2013 à Holohory (est de la région de Lviv), par exemple. Mais, il y en a de nombreuses autres…
      https://www.youtube.com/watch?v=jSpX0K6KfB0