Articles repérés par Hervé Le Crosnier

Je prend ici des notes sur mes lectures. Les citations proviennent des articles cités.

  • Fight Over Yahoo’s Use of Flickr Photos - WSJ
    http://online.wsj.com/news/article_email/fight-over-flickrs-use-of-photos-1416875564-lMyQjAxMTA0OTIwNDkyODQwWj

    More than 300 million publicly shared Flickr images use Creative Commons licenses, making it the largest content partner. Yahoo last week said it would begin selling prints of 50 million Creative Commons-licensed images as well as an unspecified number of other photos handpicked from Flickr.

    For the handpicked photos, the company will give 51% of sales to their creators. For the Creative Commons images, Yahoo will keep all of the revenue.

    Yahoo says it is complying with the terms of Creative Commons by selling only images that permit commercial use. The licenses “are designed for the exact use case that we’re enacting through our wall-art product,” Bernardo Hernandez, vice president of Flickr, wrote in an email.

    Du point de vue juridique, cela est vrai... mais pour ce qui est des normes sociales, c’est différent. Cette distinction est essentielle à comprendre.

    Les photographes qui déposent leurs photos sur Flickr peuvent choisir la licence CC-nc, qui permet le partage en dehors des situations commerciales. Ils ne l’ont pas fait parce la compréhension des licences n’est pas généralisée. Mais également parce que de nombreux acteurs sur l’internet ont dénoncé cette licence CC by-nc, sous divers prétextes, les plus fréquemment utilisés étant la complexité (comment définir une situation de commerce d’une non-commerciale) et la mythologie du « libre » qui devrait s’appliquer à toutes les activités indépendamment des situations et des objectifs différents. Une photographie est un objet culturel radicalement différent d’un texte (pas d’extraits possibles) ou d’un logiciel (pas d’évolution incrémentale et collective).

    Cette situation massive doit donc nous interroger sur les propres rigidité des défenseurs des communs. Et vite, car s’il n’est pas expliqué correctement, le backlash va mettre à risque les logiques de partage.

    This year, the company began placing ads in photo slideshows to visitors not logged in to the site. Devon Adams, a high-school photography teacher in Gilbert, Ariz., called the ads a “jarring” intrusion into the site. Mr. Adams is one of the users upset with Yahoo for selling his Creative Commons-licensed works.

    But Mr. Adams has uploaded 58,000 photos to Flickr, so feels stuck. “I’m so heavily invested in Flickr; it’s not that I can just go somewhere else,” he said.

    Enfin, remarquons que tous les journaux qui parlent de cette pratique de Yahoo !/Flickr citent les « creative commons », sans jamais préciser qu’il y a un jeu de licences, et qu’éviter cette situation aurait été parfaitement possible avec un bon choix de licence CC. Mais on ne peut pas demander aux journaux dont le métier est de promouvoir le marché (comme ici le Wall Street Journal) de montrer la puissance des communs, et surtout leur adaptabilité.