Le Monde diplomatique

Mensuel critique d’informations et d’analyses

  • Pornographiquement correct, par Catherine Dufour
    http://www.monde-diplomatique.fr/2014/12/DUFOUR/51048

    En 2003, Stephenie Meyer fait un rêve. De ce rêve naît un livre : Twilight. L’intrigue est limpide : une jeune fille, Bella, rencontre un jeune homme, Edward. Ils tombent amoureux et, surprise ! Edward est un vampire. Mais version, si l’on ose dire, zoophile — il ne consomme que du sang animal. Le succès de Twilight, soit quatre volumes et plus de cent millions d’exemplaires vendus dans le monde, découle de son côté bigger than life (« plus grand que nature ») : une adolescente ni blonde ni sportive séduit un adolescent « d’une splendeur inhumaine et dévastatrice », pas moins. Comble de perfection pour un lectorat tout juste pubère, Edward ne couche pas mais raffole de caresses — de toute façon, Bella passe son temps à faire le ménage. Le lectorat moins juvénile rangera le bel Edward quelque part entre le prince de conte de fées et le sir Stephen d’Histoire d’O, ce roman-culte à la gloire du sadomasochisme. Le fantasme de Meyer prend ensuite chair à Hollywood, avec Robert Pattinson et Kristen Stewart. Et va féconder l’imagination d’Erika Leonard, dite E.L. James, auteure britannique de #fanfics.