• Charlie Hebdo  : « une liberté sans bornes ne saurait être légitime » |
    Tzvetan Todorov La-Croix.com
    http://www.la-croix.com/Actualite/France/Charlie-Hebdo-une-liberte-sans-bornes-ne-saurait-etre-legitime-2015-01-14-

    T. T.  : La liberté d’expression publique, ou liberté des médias, n’est pas une valeur inaliénable, intangible ou non négociable, comme on l’a beaucoup dit ces derniers jours. L’État démocratique est l’expression de la volonté populaire ainsi qu’un protecteur des libertés individuelles, dont la liberté de la presse.

    Il doit donc défendre aussi un certain nombre d’autres valeurs, comme la sécurité des citoyens, la paix civile entre eux, la justice, l’égale dignité de tous. Ces valeurs exercent un effet de limitation les unes sur les autres. La politique de l’État est toujours un compromis entre elles.

    > A lire également   : Attentat contre Charlie Hebdo, la laïcité en question

    La liberté de la presse est aussi un pouvoir, or en démocratie, aucun pouvoir sans borne ne saurait être légitime. N’oublions pas que le journal de l’antisémite Édouard Drumont, à la fin du XIXe siècle, s’appelait La libre parole  : la liberté, pour lui, consistait à pouvoir dire du mal des juifs.

    Beaucoup plus près de nous, les partis xénophobes en Europe se réclament tous de la liberté de la presse pour pouvoir dire impunément tout le mal qu’ils pensent des musulmans habitant leur pays.

    Cet objectif n’était pas absent chez les auteurs initiaux des caricatures du prophète, au Danemark  : en provoquant l’indignation de la population musulmane, ils voulaient révéler au grand public l’intolérance de cette population.