Sombre

« Ceux qui choisissent le moindre mal oublient très vite qu’ils ont choisi le mal. » (Hannah Arendt)

  • Donner la mort d’une façon anonyme. L’inhumanisme nouveau est arrivé — Chems Eddine CHITOUR
    http://www.legrandsoir.info/donner-la-mort-d-une-facon-anonyme-l-inhumanisme-nouveau-est-arrive.ht

    Quand le psychologue demande au tueur si le souvenir de ses 160 victimes n’est pas trop lourd à porter, il répond : « Non. Ce qui me hante c’est tous les gars que je n’ai pas pu sauver. » On retrouve là, la destinée manifeste pour la race des élus, les certitudes concernant le bien (la défense des potes et de la patrie et le mal, (les autres les infrahumains) qui ne comptent pas. Les guerres que mène l’Occident par tous les moyens possibles de la technologie ne sont pas justes et partant pas morales. Cette guerre dissymétrique de 1 pour 1000 est encore plus amorale quand on utilise les satellites, les drones, les tireurs immoraux. On tue son adversaire sans le connaître avec la satisfaction du devoir bien fait, d’avoir été un bon patriote, pendant que dans l’autre camp c’est la terreur, le sang, les larmes la désolation, les vies volées. Assurément, nous vivons des temps déraisonnables. L’inhumanisme nouveau est arrivé.

    #sniper #drones #guerre #choc_des_civilisations

    • Excuse mais l’"inhumanisme" courre toujours, comme notre ombre. A l’Occident comme à l’Orient, au Nord comme au Sud. Les « infrahumains » ? Chacun les siens.

    • Replace le propos dans un contexte de guerre et de terreur permanentes. Les conflits asymétriques fomentés par les États-Unis et leurs affidés sont un terreau fertile pour le développement de la mise à mort par manette interposée.

    • Je pense que "conflit asymétrique"est un terme du récent vocabulaire pour évoquer l’éternelle domination des plus forts. Heureusement ( ?) les plus forts ne sont pas toujours les mêmes.
      Les « manettes » et autres drones et manipulations politiques constituent une des étapes technologiques de cette domination. Comme tu vois, Hermano, je tente de comprendre cet éternel « contexte de guerre et terreur permanentes. »
      Tu dis : « affidés », « fomentés » : chaque conflit, chaque guerre créent des affidés et des programmes de destruction dans les camps en présence. Je dis cela parce que je ne pense pas qu’il y ait de guerre juste. Mais j’ai peut-être tort...

    • Bon, j’en profite puisque tu bosses, moi je commente. Et d’abord merde à ce vocabulaire genre conflit asymétrique Je cause pas la langue-plastique. Horripilant.
      Toi non plus, alors n’emploie pas les mots de tes ennemis. Ils sont nombreux. Mais c’est vrai aussi que la gauche devient synthétique. Bon, allez ! méfiance , bises
      p

    • Un après-midi passé passé au jardin a eu raison de mon courage dans la soirée.
      Ce matin, je reprends le clavier pour un premier élément de réponse en saisissant ton dernier commentaire au vol. Langue plastique horripilante, jargon médiatico-technocratique, concepts géopolitiques ou orientés luttes sociales, que ne peut-on cacher comme réalité cruelles sous les tapis du langage formaté par la communication de masse ? Pourtant, il faut bien utiliser du vocabulaire « raccourcissant » si nous ne voulons pas être astreints à manier d’interminables périphrases.

      Pour approfondir cette réflexion, j’ai dégotté une petite tranche de Wikipédia comme en-cas :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_asym%C3%A9trique

      ainsi qu’une leçon de formatage de la pensée :
      http://www.lemonde.fr/international/article/2003/03/31/definir-un-conflit-asymetrique_315022_3210.html

    • Je viens de lire tes suggestions de lecture. Cela me confirme que l’on parle de guerre(s), ni plus ni moins, et si les termes ne sont pas innocents, les « experts » choisis pour en parler non plus. Notamment ce Xavier Raufer ( pseudo germanique d’un prof de la fac de droit de Paris,) dit Le Fumeur, sorte de jumeau à l’international de l’autre zig : Alain Bauer « criminologue » (préféré de Sarkosy et de Valls...) L’un et l’autre « experts » toujours évoqués-cités avec une curieuse révérence par Le Monde... C’est pas d’hier, ça date de l’assassinat de Lebovici, que tu connais sûrement, producteur ciné à succès et fondateur-éditeur de Champs Libre. Maison d’édition mémorable.
      (A l’époque la presse grand public, -de France-Soir à qui tu voudras-, et ses plumes serves avaient attaqué-impliqué-lynché violemment Guy Debord, lequel avait su se défendre . Debord avait suggéré quelques pistes jamais suivies par la police.) Tu as raison : formatage .