odilon

artiste aux mains pleines de doigts - visionscarto.net

  • Un week-end à Sud Web
    Plein soleil sur Montpellier
    http://sudweb.fr/2015
    Thomas Parisot m’a invité à partager mon expérience de la cartographie, de l’art et du web à Montpellier ce week-end. Très belle expérience, très belles rencontres.
    Les conf avaient lieu le vendredi et les élaboratoires le samedi mais on se retrouvait tous le jeudi soir à l’heure de l’apéro pour établir un premier contact entre orateurs et participants. Pas plus de 120 participants, ces rencontres doivent restées à taille humaine.

    Bon, il va s’en dire que jeudi j’avais un peu l’impression d’être un ovni au milieu de cette communauté webiste où je ne connaissais qu’une tête, celle de @tetue :)
    Je m’y attendais un peu bien-sûr mais je ne m’étais pas focalisé là-dessus. J’avais accepté de participer parce j’aime beaucoup l’idée d’établir des transversalités entre différents domaines jugés incompatibles, a priori. Je pense que c’est même essentiel, tant on a à apprendre de l’autre.

    Eh ben, ça c’est très bien passé, youpi. Le lendemain j’ai proposé un atelier de cartographie émotionnelle et l’après-midi j’ai fait mumuse à l’atelier de Lucile où on faisait du pixel art.

    Par contre, j’ai découvert une grande désespérance. Je ne sais pas si l’industrie des nouvelles technologies est pire qu’une autre mais ça burn out grave. Déjà jeudi soir, pendant la petite soirée informelle, un type à côté de moi racontait le burn out qui l’avait conduit à démissionner de son boulot à Paris et à venir s’installer à Montpellier.

    Vendredi, une psychologue avait fait une présentation sur l’estime de soi. S’en est suivi une discussion sur les angoisses et le stress des professionnels du web ici présents. Hier, jour des élaboratoires, la psy a organisé deux "séances" dans l’après-midi et faisait chaque fois salle comble.

    Comme en écho, je lisais dans le train du retour un entretien de @aude_v dans @lan02 avec Nicolas Marquis (oui je suis en retard dans mes lectures) « Se changer soi pour changer le monde ». L’auteur a mené une étude sociologique sur les lecteurs de publications sur le développement personnel. Pour aller vite, ces techniques tendent à faire en sorte que si la personne agit sur elle-même, tout va pour le mieux. Mais jamais elles ne remettent en cause les sources de la souffrance. Pire, elles ont tendance a les entretenir. C’est justement la discussion qu’on avait hier soir avec un des orateurs dans ce lieu magnifique où sud web se terminait, bouhou :)

    A part ça avec @tetue on a œuvré pour ramener trois contributeurs sur @seenthis