ARN😷*

Geek dilettante habitant une belle et grande propriété sur la Côte d’améthyste

  • Ami journaliste, j’ai toujours pensé que l’affinage était une très bonne chose pour le fromage. Mais pas pour les chômeurs.

    Le #mot_laid journalistique du jour, donc : affinage méthodologique. C’est laid, mais que c’est laid.
    http://www.liberation.fr/economie/2015/07/27/le-chomage-officiellement-stable-en-juin_1354735

    Le nombre d’inscrits en catégorie A n’a augmenté que de 1 300 le mois dernier. Mais sans affinage méthodologique, la hausse aurait été de 11 000.

    […]

    Sans cet affinage des chiffres, la hausse du nombre d’inscrits en catégorie A en juin aurait été de 11 000, et de 6 200 en incluant les catégories B et C.

    J’ai fait un tour rapide de quelques dictionnaires en ligne, et j’ai bien l’impression que l’affinage n’est jamais défini comme une méthode de correction statistique :
    http://www.cnrtl.fr/lexicographie/affinage
    @simplicissimus, ça te parle, à toi ?

    • Comme ça, a priori, l’affinage ça me rappelle mes tontons qui se coltinaient tous les jours le brossage, le retournement et le salage d’environ 200 roues de comté dans la fruitière…

      Sinon, c’est un mot qui revient très souvent dans les rapports de groupes de travail, particulièrement quand on leur demande un rapport intermédiaire dont la conclusion annonce fréquemment des résultats affinés dans le rapport définitif.

    • à propos de fromage, Hollande a bien dit qu’il ne se représentera pas si le chiffre du chômage ne baisse pas ?

    • 2015-056 - Demandeurs d’emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en juin 2015
      http://travail-emploi.gouv.fr/etudes-recherches-statistiques-de,76/etudes-et-recherches,77/publications-dares,98/dares-analyses-dares-indicateurs,102/2015-056-demandeurs-d-emploi,18853.html

      Avertissement
      Les statistiques publiées portent sur les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi un mois donné. Fin juin 2015, on compte ainsi 3 553 500 demandeurs d’emploi en catégorie A et 5 397 400 en catégories A, B, C. Pour analyser les évolutions, il convient d’isoler l’effet des modifications intervenues d’un mois sur l’autre :

      . À compter de juin 2015, Pôle emploi accède à des données administratives plus complètes lui permettant de mieux connaître les demandeurs d’emploi en formation, en service civique ou en contrat aidé dans l’insertion par l’activité économique. Ces informations permettent de mieux classer les demandeurs d’emploi dans la catégorie correspondant à leur situation. Elles se traduisent par un transfert de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C vers les catégories D et E. En leur absence, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A aurait été plus élevé de 10 000 et celui des demandeurs d’emploi en catégories A, B, C de 24 800. Ces transferts ont également un impact à la hausse sur le nombre de sorties de catégories A, B, C pour reprise d’emploi ou pour entrée en stage.

      . Les particularités de la période d’actualisation du mois de mai 2015 ont eu un impact à la baisse sur le nombre de sorties pour défaut d’actualisation en mai 2015 et, par conséquent, à la hausse sur le nombre de demandeurs d’emploi à la fin mai 2015 (de +28 000 à +38 000 pour les catégories A, B, C dont +6 000 à +10 000 pour la catégorie A). Une partie non quantifiable de cet effet demeure sur le nombre de demandeurs d’emploi inscrits fin juin 2015.

      . Le changement des règles de gestion des radiations administratives à compter de janvier 2013 a modifié la saisonnalité de la série CVS-CJO qui est, depuis, plus heurtée que par le passé. La forte baisse mesurée en juin 2015 doit donc être interprétée avec prudence.

      Intégralité de l’avertissement méthodologique.

      On notera que, comme c’est la règle, le communiqué donne une estimation de l’impact de la modification des règles de comptage.

    • L’inévitable article des Décodeurs du Monde. Essentiellement une lecture commentée de la note méthodologique ci-dessus.

      Au passage, en prime, on apprend l’explication de l’événement inhabituel du mois dernier. http://seenthis.net/messages/384143

      En raison d’un « mois […] particulier, avec peu de jours ouvrés », Pôle emploi avait envoyé trois relances par SMS et message vocal aux demandeurs d’emploi pour leur rappeler d’actualiser leur situation, au lieu d’une seule. « Nous craignions que le taux de personnes qui ne s’actualisent pas soit élevé », a expliqué M. Bassères. Mécaniquement, le contingent des radiés qui sortent des statistiques parce qu’ils oublient d’« actualiser » leur situation auprès de l’agence était plus faible que d’habitude, ce qui a grossi le nombre de chômeurs inscrits, et doublé l’ampleur de la hausse.
      Réprimandé par le ministère du travail, le directeur de Pôle emploi a promis de revenir à « la règle d’une seule relance par SMS, quel que soit le mois », pour éviter de fausser les statistiques d’un mois sur l’autre.

      On remarquera, au passage, que le faible nombre de jours ouvrés du mois de mai est une caractéristique récurrente de ce mois…

      Enfin, vu l’ampleur de la modification de la procédure (3 relances dans le mois au lieu d’une seule) et le fait que le « bug » porte justement sur les radiations administratives, je n’arrive pas à croire que la source de « l’événement inhabituel » n’était pas déjà parfaitement identifiée dès le mois dernier.