• Le racisme comme création de l’Etat, Jacques Rancière, 2010 - Oeuvres Ouvertes
    http://oeuvresouvertes.net/spip.php?article2132

    Je voudrais proposer quelques réflexions autour de la notion de « racisme d’Etat » mise à l’ordre du jour de notre réunion. Ces réflexions s’opposent à une interprétation très répandue des mesures récemment prises par notre gouvernement, depuis la loi sur le voile jusqu’aux expulsions de roms. Cette interprétation y voit une attitude opportuniste visant à exploiter les thèmes racistes et xénophobes à des fins électoralistes. Cette prétendue critique reconduit ainsi la présupposition qui fait du racisme une passion populaire, la réaction apeurée et irrationnelle de couches rétrogrades de la population, incapables de s’adapter au nouveau monde mobile et cosmopolite. L’#Etat est accusé de manquer à son principe en se montrant complaisant à l’égard de ces populations. Mais il est par là conforté dans sa position de représentant de la rationalité face à l’irrationalité populaire.

    Or cette disposition du jeu, adoptée par la critique « de gauche », est exactement la même au nom de laquelle la droite a mis en oeuvre depuis une vingtaine d’années un certain nombre de lois et de décrets racistes. Toutes ces mesures ont été prises au nom de la même argumentation : il y a des problèmes de délinquances et nuisances diverses causés par les immigrés et les clandestins qui risquent de déclencher du racisme si on n’y met pas bon ordre. Il faut donc soumettre ces délinquances et nuisances à l’universalité de la loi pour qu’elles ne créent pas des troubles racistes.

    C’est un jeu qui se joue, à gauche comme à droite, depuis les lois Pasqua-Méhaignerie de 1993. Il consiste à opposer aux passions populaires la logique universaliste de l’Etat rationnel, c’est-à-dire à donner aux #politiques_racistes d’Etat un brevet d’antiracisme. Il serait temps de prendre l’argument à l’envers et de marquer la solidarité entre la « rationalité » étatique qui commande ces mesures et cet autre -cet adversaire complice- commode qu’elle se donne comme repoussoir, la passion populaire. En fait, ce n’est pas le gouvernement qui agit sous la pression du racisme populaire et en réaction aux passions dites populistes de l’extrême-droite. C’est la raison d’Etat qui entretient cet autre à qui il confie la gestion imaginaire de sa législation réelle.

    #xénophobie_d'état

    • De là un usage de la loi qui remplit deux fonctions essentielles : une fonction idéologique qui est de donner constamment figure au sujet qui menace la sécurité ; et une fonction pratique qui est de réaménager continuellement la frontière entre le dedans et le dehors, de créer constamment des identités flottantes, susceptibles de faire tomber dehors ceux qui étaient dedans.

    • Nos Etats sont de moins en moins capables de contrecarrer les effets destructeurs de la libre circulation des capitaux pour les communautés dont ils ont la charge. Ils en sont d’autant moins capables qu’ils n’en ont aucunement le désir. Ils se rabattent alors sur ce qui est en leur pouvoir, la circulation des personnes. Ils prennent comme objet spécifique le contrôle de cette autre circulation et comme objectif la sécurité des nationaux menacés par ces migrants, c’est-à-dire plus précisément la production et la gestion du sentiment d’insécurité . C’est ce travail qui devient de plus en plus leur raison d’être et le moyen de leur légitimation.

    • «  comme objectif la sécurité des nationaux menacés par ces migrants, » ??? par antiphrase ? l’objectif par encadrement de réseaux et la dictature de l’éthique (+ la répression économique insidieuse ) tourne de plus en plus à l’assistance et la garantie de la sécurité des migrants quand ils sont menacés dans leurs ambitions par les natifs ! vers l’état d’urgence permanent

    • Ce n’est pas seulement la circulation des personnes vers qui s’est tourné le #législateur, après avoir abandonné toute idée de sécurité économique et social, mais aussi l’ensemble du comportement, et notamment la santé (tant que ça ne s’oppose pas aux intérês du capital), au nom de la #prévention_du_risque : loi anti-tabac, sécurité routière, interdiction des rassemblements festifs (attention, je ne dis pas que certaines de ces lois ne sont pas utiles)... Il y a de nombreuses raisons à cela, mais il y en a une une je n’ai pas l’habitude de lire : la nécessité pour le législateur, et l’#État, de produire des lois, car comment justifier son existence autrement ?

      Ce n’est pas que le racisme que les classes dominantes font peser sur le #peuple, mais bel et bien l’ensemble des idées réactionnaires (sexisme, violence intrafamiliales, etc.) Et pourtant, ce pauvre peuple a-t-il vraiment le temps de produire de l’idéologie, ou n’est-il pas plutôt condamné à choisir parmi les productions des classes qui l’exploitent ?