• Volkswagen, c’est aussi une banque à risque

    Les constructeurs automobiles ont compris depuis longtemps qu’ils pouvaient gagner de l’argent en prenant la place des banques. Plutôt que laisser ces dernières offrir des crédits à la consommation pour acheter leurs voitures, ils se sont dit qu’ils pouvaient offrir eux-mêmes ces crédits à forte marge. Ainsi, à côté de Volkswagen Financial Services, on trouve en France PSA Finance pour Peugeot Citroën, RCI Banque pour Renault, etc. On dit de ces banques qu’elles sont « captives » des constructeurs dans la mesure où elles dépendent de leurs clients.
    Le total de leur bilan équivaut en gros à la fin 2014 à 40 % de l’activité de construction de voitures

    #abonnement #économie #bankster #voitures #corruption #finance

    http://www.alterecoplus.fr/lhebdo/volkswagen-les-lecons-dun-scandale-201510020942-00002211.html

    • Le rapprochement du nom d’une entreprise prestigieuse et d’un qualificatif infamant choque. Les commentateurs parlent de « problème éthique », alors qu’il s’agit de la transgression d’une norme légale pénalement sanctionnée et faisant l’objet de poursuites aux Etats-Unis. Cependant, le patron du groupe, Martin Winterkorn, s’est empressé de présenter ses excuses et a hésité à démissionner, avant de s’y résoudre. Quant au ministre allemand de l’Economie, Sigmar Gabriel, il estime l’affaire « grave », sans plus.

      La rhétorique du « c’est pas grave »

      Nous voilà rassurés : ce n’est qu’une petite décision inadéquate, une erreur ponctuelle, certainement pas une fraude intentionnelle et dommageable. Ces responsables reprennent là la rhétorique dédramatisante qui est toujours utilisée dès que des acteurs économiques puissants sont mis en cause. Non seulement les élites dirigeantes ne s’estiment jamais coupables d’actes transgressifs, même des plus caractérisés, mais surtout, l’emprise qu’elles exercent sur la société est telle qu’elles parviennent le plus souvent à imposer leur autojustification à une grande partie de la population et des autorités de contrôle.

      Une rhétorique dédramatisante est toujours utilisée dès que des acteurs économiques puissants sont mis en cause

      Il ne faudra pas longtemps pour que l’on entende à la buvette des salons de l’auto : Volkswagen une organisation délinquante ? Vous plaisantez ! Tout au plus, la victime d’informaticiens maladroits, d’ingénieurs myopes et de chefs de service chasseurs de prime. Croyez-moi, c’est la faute aux ordinateurs. Et plus encore, aux manœuvres protectionnistes des Etats-Unis qui préservent la place de General Motors sur leur marché. Parler de « décisions intentionnellement frauduleuses » est une pure provocation.

      3 arguments de déculpabilisation

      Les premiers commentaires techniques contribuent déjà à cette déculpabilisation. Trois arguments dominent.

      C’est, tout d’abord, l’impact financier de l’affaire avec la chute spectaculaire du cours de Bourse qui est mis en avant.
      Ensuite, on insiste sur l’atteinte à l’image, à la réputation de qualité de ce leader mondial, aux conséquences sur la crédibilité du secteur automobile dans son entier et sur l’emploi.
      Enfin, on s’inquiète de l’instrumentalisation possible de l’informatique qui est au centre de toutes les innovations.

      Ces raisonnements font l’économie de la réflexion sur les facteurs qui ont rendu possible une telle situation. C’est de là qu’il faut partir. Le cas « Volkswagen » est en effet l’occasion de réviser quelques mythes sur les principes pratiques qui gouvernent les entreprises et leur rapport au droit et à l’honnêteté.

      Le mythe de l’organisation rationnelle

      L’entreprise est le modèle de l’organisation rationnelle. Les rationalités techniques, commerciales et financières s’y conjugueraient pour assurer la meilleure production et maximiser son développement.

      Tous les débordements, les irrégularités, sont minimisés

      Les écoles d’ingénieurs et commerciales transmettent efficacement ce mythe aux futurs cadres et dirigeants. La force de cette croyance est telle que tous les débordements, les irrégularités, les incidents sont minimisés et évacués comme des données sans importance. Toutes les contraintes externes ne sont qu’obstacles à contourner.

      Le mythe de l’entreprise morale

      L’entreprise est un être moral. Les dirigeants ne peuvent agir que pour le bien de l’organisation. C’est la base du contrat de confiance passé avec les actionnaires, le personnel et les clients. Seul « le crime organisé » crée des organisations cyniques et violentes.

      Ce mythe a été mis en cause dès 1940 par le sociologue Edwin Sutherland1. Sur la base d’une série d’affaires concernant les principales entreprises étasuniennes il montre que certaines d’entre elles ont une carrière marquée par des rapports très laxistes avec la loi et que certaines sont des récidivistes de la transgression. La saga des entreprises pétrolières, et la constante des pratiques anti-concurrentielles dans de nombreux secteurs actualisent en permanence la démonstration de Sutherland.

      Le mythe de la responsabilisation individuelle

      Le troisième mythe concerne la force du management qui a dynamisé les entreprises en rompant avec les vielles hiérarchies. L’autonomie, la responsabilisation, l’intéressement aux résultats et le reporting permanent sont censés faciliter l’innovation et minimiser les coûts de fonctionnement. Jusqu’au moment où l’on découvre, comme chez Volkswagen, que ces pratiques sont à double face, que chaque entité peut imposer ses propres raisons d’agir, que le contrôle y est un leurre et que l’intérêt collectif de l’organisation a été perdu en route.

      Chaque entité peut imposer ses propres raisons d’agir, le contrôle y est un leurre

      Qui peut croire que le responsable du secteur R&D (futur dirigeant) ignorait l’introduction d’un dispositif de fraude dans le calculateur moteur ? Des dizaines d’ingénieurs ont sans doute participé à sa mise au point et à sa fabrication. Apparemment personne n’y a vu de problème. Et c’est finalement une ONG qui l’a mis au jour.

      Il n’y a ici, ni complot, ni fatalité mais l’exemple flagrant d’une organisation aveugle et cynique.

      Pierre Lascoumes est directeur de recherche honoraire CNRS au Centre d’études européennes de SciencesPo, et co-auteur avec Carla Nagel de Sociologie des élites délinquantes, Armand Colin, 2014.

      1. Edwin Sutherland, White collar crime, the uncut version, New Haven, Yale University Press, 1983.

    • La France doit-elle devenir une nation d’entrepreneurs ?

      La création d’entreprise est un parcours à risque : cinq ans après leur création, une entreprise nouvelle sur deux a disparu. Ses chances de survie sont étroitement liées à l’importance du capital dont elle dispose, ainsi qu’au niveau de diplôme et à l’expérience de son créateur. En particulier, même si les levées de fonds record réalisées récemment par les deux étoiles montantes BlaBlaCar et Sigfox augurent peut-être d’un changement d’époque, l’accès au financement reste une question cruciale pour nombre de PME françaises, dont la croissance se trouve ainsi bridée.

      Dans ces conditions, exhorter les Français à se faire entrepreneurs, c’est bien souvent les envoyer au casse-pipe ou les vouer à la précarité, comme en témoignent les maigres revenus encaissés par les autoentrepreneurs. Ces exhortations n’étant jamais aussi vibrantes que lors des pics de chômage, toute arrière-pensée cynique de la part des responsables politiques est-elle à écarter ? Plus de créateurs d’entreprises, c’est en effet autant de chômeurs en moins inscrits à Pole emploi. Pour quelques années en tout cas.

    • Pollution de l’air : les pauvres en première ligne

      Malgré tout, les classes aisées ont moins de risque de mourir prématurément, même si leur quartier est pollué. En effet, les plus riches vivent en général en meilleure santé, ont des logements mieux isolés et travaillent dans des espaces peu pollués. Ils ont aussi la possibilité d’échapper temporairement à la pollution, puisqu’ils peuvent se permettre de partir régulièrement en week-end ou en vacances.

      Les riches ont moins de risque de mourir prématurément de la pollution de l’air, même si leur quartier est pollué

      A l’inverse, les plus pauvres, même s’ils vivent dans des quartiers peu pollués, vivent généralement dans des « micro-environnements » plus pollués, et ont une santé globalement moins bonne.

    • Le coût de l’enfant

      les moins de 20 ans représentent un « fardeau » légèrement plus important que celui des plus de 60 ans (22,5 % du PIB pour les premiers, 20,8 % pour les seconds), qui est pourtant source de toutes les angoisses.

      Cela s’explique, selon le chercheur, par la différence de structures de ces dépenses : celles des seniors (les retraites en premier lieu) sont nettement plus socialisées. A l’inverse, près de 40 % du coût de l’enfant est représenté par les tâches domestiques et parentales, autrement dit un travail non-rémunéré et, de ce fait, largement invisibilisé – et d’autant qu’il est aux trois-quarts assuré par les #femmes qui, sans surprise, sont les grandes perdantes de l’histoire.