• ستة اسباب لفهم هذا التصعيد الاخطر لـ”الدولة الاسلامية”.. تفجيرات باريس قد تكون قمة “جبل الجليد”.. والحلول الامنية وحدها لا تكفي.. وشماتة “الاسد” توحي بالكثير.. وارهاب اليوم لا يميز بين المذاهب والاديان والاعراق.. واليكم قراءتنا | رأي اليوم
    http://www.raialyoum.com/?p=344233

    Il faudrait tout citer dans l’édito d’ABA. J’essaie de faire au mieux...

    Le titre : "Six causes pour comprendre cette montée en puissance de l’EI. Les explosions de paris pourraient n’être que le sommet de l’iceberg. Les solutions sécuritaires à elles seules ne suffisent pas. La "mauvaise joie" de Bachar en dit long. Le terrorisme d’aujourd’hui ne fait pas la différence entre les confessions et les religions."

    Trois paragraphes où ABA revient sur le terme de "guerre" employé par Hollande et souligne que ce sont 4 attentats sans précédents qui ont eu lieu en l’espace de deux semaines (l’avion russe, l’attaque contre des militaires US dans une base en Jordanie, et Beyrtouh sud).

    Les solutions sécuritaires ne suffiront pas. Il faut traiter les causes, en reconnaître, pur les Etats occidentaux, leur responsabilité dans l’essor de l’EI, d’une manière ou d’une autre.

    6 termes clés :
    – l’humiliation, celle des peuples arabes et musulmans (je cite) à cause de leurs gouvernement corrompus et des interventions extérieures
    – le découragement de 100 millions de chômeurs, de plus de 40 millions d’analphabètes
    – l’absence de bonne gouvernance dans la plupart des Etats arabes
    – les interventions militaires, depuis l’Irak, puis la Syrie, le Yémen, la Somalie [il oublie la Libye, le Soudan, Bahreïn], incapables de remplacer les régimes qu’on a fait chuter
    – les politiques visant à la division et à la lutte en communautés/confessions religieuses
    – les réseaux sociaux qui ont permis à l’EI comme à tout le monde de se passer des médias classiques.

    Retour sur la responsabilité des interventions mimitaires capables de détruire des sociétés mais pas de les reconstruire.

    Prévisions sur l’exploitation par les extrêmes droites européennes de ces attentats.

    Plus que des mesures de sécurité, il faut reprendre les politiques vis-à-vis du Moyen-Orient. Madrid, Londres, Paris : à chaque fois, ces attentats affirment être des réponses à ces interventions étrangères.

    La joie mauvaise de bachar ne signifie-t-elle pas quelque chose comme "je vous l’avais bien dit"...

    La violence d’hier à Paris n’est peut-être rien par rapport à ce qui va arriver, au point de trouver Al-Qaïda bien peu grave si on ne se décide pas traiter la question du Moyen-Orient en profondeur et de façon sérieuse.

    #ABA #attentats