Tranbert

Scientisme, technoscience et capitalisme industriel

  • Erwin Chargaff, Amphisbène, 1963

    http://sniadecki.wordpress.com/2015/12/03/chargaff-amphisbene

    Le chapitre 11 est un pot pourri d’une multitude de conversations auxquelles j’ai pris part au cours de ces dernières années ; il s’agit, bien entendu, d’un assemblage de plusieurs de ces conversations, une sorte de collage : personne ne pourrait être individuellement aussi obtus.

    Je ne doute pas qu’il y aura des gens pour penser qu’il est par trop déplacé et frivole de faire usage, à propos de problèmes scientifiques, de l’humour, de la satire et même des jeux de mots, ces hoquets métaphysiques du langage. Mais la critique devrait s’exercer à plusieurs niveaux ; et la critique de certains concepts de la science moderne, et en particulier de ses aberrations, a pratiquement disparu à une époque où elle est plus nécessaire que jamais ; où la polarisation de la science est si avancée que l’on « fait » désormais « campagne » pour des récompenses scientifiques comme pour des élections politiques ; où les conférences scientifiques commencent à ressembler aux discours à thème des congrès politiques ; où le reportage scientifique a remplacé les potins intimes d’Hollywood ; où la force de conviction des applaudissements s’est substituée à celle de la vérité ; à une époque où les cliques s’appuient sur la claque. L’émergence d’un Establishment scientifique, d’une élite de pouvoir, a donné naissance à un phénomène remarquable : l’apparition de ce que l’on peut appeler des dogmes 1 dans la pensée biologique. La raison et le jugement tendent à capituler face à un dogme ; mais c’est une erreur. Tout comme dans la vie politique, une attitude flegmatique cache souvent un point faible. Il est impératif de critiquer, de la manière la plus rigoureuse, les spéculations scientifiques qui se font passer pour des dogmes. Cette critique doit venir de l’intérieur ; mais elle ne peut être que celle d’un dissident.

    #biologie ; #critique_techno ; #technoscience

    Rapport avec l’actualité :
    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/11/30/le-genie-genetique-face-au-risque-eugeniste_4820662_1650684.html

    les financiers salivent à la perspective de pommes qui ne noircissent pas ou de pesticides rendus inoffensifs pour l’homme,...

    On peut lire à la fin du dialogue écrit par Chargaff :

    V : Et alors vous obtiendrez effectivement la véritable « ingénierie de l’humain ». Une fois que vous saurez altérer à volonté les chromosomes, vous serez en mesure de façonner le Consommateur Moyen, l’utilisateur prévisible de telle ou telle savonnette, celui sur qui l’on peut compter pour inhaler goulûment tel gaz toxique. Vous aurez fait à l’humanité un cadeau à côté duquel la bombe d’Hiroshima n’était qu’un inoffensif œuf de Pâques. Et vous parviendrez enfin à l’écologie de la mort. A l’image de qui cet homme nouveau sera-t-il conçu ? Je n’ose y penser.

    Merci @rastapopoulos et @enuncombatdouteux pour m’avoir signalé l’actu sur #Crispr-CAS9.