• Rafle au foyer Adoma Marc Seguin dans le 18ème à Paris, COPAF (Collectif pour l’avenir des foyers), DAL (Droit au Logement), Droits Devant !!, Union Départementale CGT Paris..., Foyers de travailleurs immigrés
    https://www.facebook.com/foyers.de.travailleurs.immigres/?fref=nf

    L’Adoma veut punir les résidents qui sont en #grève_des_loyers depuis plusieurs mois ! L’Etat veut accrocher une rafle à son très maigre palmarès de l’état d’urgence en dirigeant ses coups contre les militants, les manifestants, les habitants des quartiers populaires et les #travailleurs_immigrés des #foyers !
    Mercredi 16 décembre au soir, la #police assistée de la direction Adoma (ex-Sonacotra), est intervenue au foyer Marc Seguin. Chambre par chambre, tous les résidents sans-papiers sans récépissé ont été raflés et embarqués. Ensuite la police a fait le tri : certains ont été relâchés, les autres ont été gardés et sont encore au #centre_de_rétention de Vincennes.
    Décidément, les petites recettes gouvernementales ne changent pas. L’état d’urgence qui permet tout à la police. Quel rôle joue l’Adoma dans cette histoire ? le bon petit soldat, ou pire : cogner le plus fort possible les résidents du foyer. Car ces résidents sont en grève de loyers depuis de longs mois. L’Adoma a déjà fermé brutalement leur bar et leur cuisine collective et a chassé tous les petits commerçants.
    Il y avait largement matière à concertation dans ce foyer. Mais l’#Adoma a choisi la manière la plus brutale et la plus scandaleuse, elle revient à ses tristes méthodes qui privilégient la répression policière la plus brutale à la concertation et à la négociation.Et aujourd’hui, c’est le niveau au-dessus : niveau rafle ! Aujourd’hui, les #sans-papiers de ce foyer font les frais de l’état d’urgence ; il y a 2 semaines, c’étaient les résidents du foyer Coallia Gros Saule d’Aulnay, chaque fois à la demande du gestionnaire.
    Pourtant ne pas oublier : ces travailleurs immigrés sont venus travailler, fuyant des pays sahéliens pauvres, confrontés à la guerre et victimes de la sécheresse, réfugiés économiques, politiques et climatiques tout à la fois. Les sans-papiers paient leurs cotisations, leurs impôts, ils consomment en France, avec leurs maigres ressources ils participent à l’effort de développement de leurs familles et de leurs régions d’origine (écoles, centres de santé, adductions d’eau, reforestation etc.)
    Venir les rafler dans leur chambre, c’est illégitime et indigne ! Ce n’est pas en raflant les sans-papiers jusque dans leurs chambres de foyers que le gouvernement et les gestionnaires vont se grandir et nous convaincre de leur efficacité.
    Nous demandons que toutes les personnes interpellées soient remises en liberté et régularisées et que les travailleurs des foyers puissent être protégés et vivre en sécurité dans leur domicile privé.
    La France se doit d’accueillir CORRECTEMENT et DIGNEMENT les personnes qui viennent chercher refuge et travail.