• L’école des soignants : Origines du dogmatisme et des comportements non soignants d’un trop grand nombre de médecins français - par Marc Zaffran/Martin Winckler
    http://ecoledessoignants.blogspot.fr/2015/12/pourquoi-tant-de-medecins-francais.html

    Ce qui caractérise le milieu hospitalo-universitaire français, contrairement à d’autres pays, est le fait que, depuis la réforme de 1958, les services hospitaliers sont structurés de manière pyramidale et que tout chef de service est un monarque absolu : dans un département voué au soin, à l’enseignement et à la recherche, le « Patron », comme son nom l’indique, décide de tout. Il a tout pouvoir sur les médecins en formation – et en particulier, celui de favoriser, de ralentir, voire de mettre un terme à leur carrière.

    • Superbe réflexion salutaire, tant les éditocrates pourtant rôdés à pourfendre tous nos archaïsmes économico-sociétaux, ne se s’aventurent jamais trop à titiller l’aristocratie médicale...
      Et cela ne se limite pas qu’au milieu hospitalo-universitaire hélas..

      Je suis toujours plus surpris de prendre conscience que la France, pays fortement marqué par l’abolition de la monarchie et des privilèges aristocratiques dans la société civile, n’a cessé de les réintroduire dans le monde du travail via des devises républicaines implicites faites d’élitisme, hiérarchisme, et paternalisme..

      Quand on parle du manque de compétitivité économique de la France en parlant des charges bla bla bla.. Je rigole.
      C’est vrai on n’est pas compétitif.
      En France on ne sait juste pas bien bosser ensemble, on est resté au Moyen Âge..
      On est juste nul en #management.
      La preuve ce mot nous inspire du rejet, puisqu’on lui attribue toutes les techniques de manipulation, de soumission et d’exploitation dans le cadre professionnel.
      Alors qu’il s’agit simplement de l’activité consistant à prendre toujours les meilleures dispositions pour bien bosser ensemble.