• Quelque chose s’est définitivement rompu entre elle et son pays. « Je ne voterai plus », explique Assia. « Marine Le Pen peut bien passer, ça ne changera rien pour moi. En tant que musulmane, je me sens piégée dans un jeu de dupes. Nous sommes les boucs émissaires des vrais problèmes que les hommes politiques feignent d’ignorer : le chômage, la misère ».

    • Il est vertigineux de voir médias et politiques de ce pays toujours plus accaparés, à l’unanimité ou presque, et obsédés par cette seule tâche : la production d’un #ennemi_intérieur musulman.

      Le nouvelobs n’étant évidemment pas en reste.
      On creuse le fond de l’hypocrisie (il y a longtemps qu’il a été atteint, mais l’on n’a pas cessé depuis de faire le nécessaire pour descendre plus bas) avec l’évocation en fin d’article de la possible l’éligibilité d’une Marine Le Pen !
      Cela me rappelle un vieux slogan antiraciste, dont la bien faible ironie dissimulait mal l’impuissance, l’incapacité à se saisir de la question du racisme, née de l’aveuglement crasse de l’antiracisme à sa propre blancheur : "immigrés, ne nous laissez pas seul avec le FN !"
      L’antiracisme blanc de la gauche, de par son absence de projet politique, a toujours dû se faire peur, et la morale, avec son croquemitaine préféré ; et aujourd’hui qu’il n’est même plus cette coquille vide - un projet politique blanc y occupe désormais presque toute la place -, il entend continuer à le brandir.

    • on est plus menacé-e-s par la police que par des terroristes

      Comme on peut le lire dans la dernière livraison de « Résistons, ensemble » :

      C’est au nom de la France que le pouvoir veut créer, cette fois-ci officiellement, deux catégories de Français. Les 3-4 millions de binationaux, à 90% descendants d’immigrés post-coloniaux, seront susceptibles d’être privés de la nationalité française, et d’être expulsés du pays où ils sont nés et/ou ont étudié, travaillé, aimé, fondé une famille… pour avoir commis « un acte de terrorisme » ou plus généralement « une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ». Cette définition du projet de loi est donc à géométrie variable. Quels sont les « intérêts fondamentaux de la nation » pour ce gouvernement, ou encore mieux pour le pouvoir FN qui se profile ? Ça pourrait être le blocage d’une gare, d’une usine, la lutte pour la grève générale, une « mauvaise » pensée, la désobéissance d’un fonctionnaire à une mesure inique… On a vu récemment l’acharnement général contre les grévistes d’Air France pour une pauvre chemise arrachée.

      https://resistons.lautre.net

      Vu le niveau atteint ces jours-ci par le crescendo d’acharnement dans l’intoxication politico-médiatique, il n’est pas certain que les actuels lecteurs du nouvelobs parviennent encore à entendre dans les propos tenus par des victimes de la chasse aux sorcières, et qui la nomment par son nom, autre chose qu’un surcroît de preuves à charge de leur volonté de porter atteinte à la Nation, l’Occident, leur Civilisation, leur Culture.
      Je crains que céder à une telle ivresse n’entraîne pas une simple gueule de bois après une prochaine prise de conscience, mais plutôt mène progressivement à un coma à la rémission très incertaine.