AF_Sobocinski

Géographe-géomaticien, historien. Joueur de go

  • Le Modern Express est le symptôme dangereux du #gigantisme maritime
    http://www.reporterre.net/Le-Modern-Express-est-le-symptome-dangereux-du-gigantisme-maritime

    « Le volume de marchandises transportées au niveau mondial augmente », confirme Sophie Bahé, directrice de Vigipol, un organisme fondé par des communes du littoral breton après le naufrage du pétrolier Amoco Cadix en 1978. « Il y a de plus en plus de marchandises sur des bateaux de plus en plus gros. C’est vrai qu’au niveau européen , après le naufrage de l’Erika on a pris des mesures de sécurité. Mais statistiquement, si le trafic augmente, le risque augmente. »

    Ces dernières années, le #transport_maritime connaît un phénomène appelé le « gigantisme » : les nouveaux cargos sont de plus en plus gros. « Il est plus économique de transporter 20.000 conteneurs sur un seul bateau avec 20 hommes d’équipage que sur trois bateaux qui en demandent 70 », commente Jacky Bonnemains.

    [...] Un catastrophisme tempéré par Frédéric Moncany de Saint-Aignan. Président du Cluster maritime français, il représente les acteurs de l’économie maritime : « Il faut toujours pondérer l’augmentation du trafic maritime. Le nombre d’accidents et de pollutions maritimes est en baisse constante alors que le trafic augmente. La qualité moyenne de la flotte mondiale s’est largement accrue après les catastrophes de l’Amoco Cadix, du Prestige et de l’Erika. »

    [...] La sécurité des navires n’est pas pour autant parfaite. Par exemple, le Modern Express n’est pas équipé d’un dispositif de remorquage d’urgence, car il n’est obligatoire que pour quelques navires de plus de 20.000 tonnes. « Ce dispositif ne coûte pourtant pas cher, et si le navire l’avait eu, la prise de remorque aurait été facilitée », note Sophie Bahé. Son organisme Vigipol demande donc la généralisation de cet équipement.

    Face à cette nouvelle donne, Robin des Bois estime que les services de #sécurité_maritimes ne sont plus adaptés. Quatre #remorqueurs, les Abeilles, sont répartis le long des côtes françaises à Cherbourg, Brest, Toulon et Boulogne-sur-mer. « Mais il en manque un dans le Golfe de Gascogne », regrette Jacky Bonnemains. Il y en avait bien un, basé à la Rochelle, jusqu’en 2011. Mais l’Abeille Languedoc a été envoyée patrouiller en mer du Nord et dans la Manche, quand les Anglais ont décidé de ne pas renouveler le contrat avec le remorqueur Anglian Monarch pour des raisons budgétaires.

    Pas assez de remorqueurs, donc, et pas assez puissants pour les cargos de très grande taille. « C’est une hantise des autorités, d’avoir à s’occuper d’un navire de 300 mètres de long avec 8.000 personnes à bord », assure le président de l’association écolo.

    #budget
    [...]Autre complication à venir, les parcs éoliens offshore prévus le long de la façade atlantique. « Les préfectures maritimes de Brest et Cherbourg sont assez inquiètes d’un risque de collision », assure Jacky Bonnemain.

    #budget