• Craquements venus du New Hampshire
    http://www.dedefensa.org/article/craquements-venus-du-new-hampshire

    Craquements venus du New Hampshire

    En un sens, pas de surprise : les sondages avaient prévu une large victoire de Trump chez les républicains et de Sanders chez les démocrates, et c’est effectivement le cas (plus de 15% d’avance pour le premier, plus de 20% d’avance pour le second). Mais il y a l’habituel phénomène entre une prévision statistique qui n’est qu’une virtualité et un fait recensé qui devient une vérité-de-situation. Il y a par conséquent une dynamique qui se renforce et qui fait sentir ses effets auprès de l’électorat, surtout lorsqu’elle est basée sur une dialectique de plus en plus radicale, comme c’est le cas. Il est désormais tout à fait possible que ces primaires US, qui sont absolument sans précédent dans la disposition et les caractéristiques des forces qui s’affrontent, dévient du schéma (...)

    • On a vu hier comment l’Emailgate pourrait impliquer le président en même temps que Clinton, et dans quelle position délicate se trouve le directeur du FBI James Comey, qui est constitutionnellement indépendant du pouvoir exécutif pour ce qui est de la conduite de ses enquêtes mais opérationnellement dépendant de lui pour les inculpations qui peuvent en résulter. Cette déclaration officielle si inhabituelle est un signe que le FBI, et précisément Comey, prennent leurs précautions vis-à-vis de situations difficiles qui commencent à se dessiner de plus en plus précisément ; c’est aussi un signe probable que l’enquête sur l’Emailgate a effectivement débouché sur des constats qui peuvent effectivement justifier l’inculpation (les inculpations ?). L’issue pour Comey si, effectivement, il y a matière à inculper et que le ministère de la justice ou la Maison-Blanche refuse l’inculpation, serait la démission comme le suggère Keiler, et cette décision précipiterait et dramatiserait la crise bien entendu