Rémi Gendarme

Auteur-réalisateur de films documentaires et par ailleurs, mais vraiment ailleurs, on peut dire en plus, en tout cas pas en moins porteur d’un handicap.


  • Flingueur, Simon West, 2011
    Ahhhh Statham, 80 kilos de barbaque monté sur burnes... Et voila, et finalement quand on va voir un Statham aujourd’hui c’est un peu comme il y a 20 ans où on allait voir un Van Damme. Alors c’est vraiment pas la peine de vanter la finesse du scénar ou l’intelligence du montage. Et sur les kilos d’incohérences, pas la peine non plus, Odieux Connard fait ça bien mieux que moi !
    Mais non mais quand même, il faut le dire : la narration dans tout l’univers comporte certaines règles pour que l’esprit humain trouve ça chouette. Et là Statham est plutôt le gentil voire carrément le héros. On l’oblige à tuer son meilleur pote au début, et le fils du meilleur pote qui ignore tout de l’assassin de son père demande à Statham de le former. Statham accepte et vers la fin, le fils découvre qui a tué son père. Et le cinéma moderne qui adore les #twists_a_2_balles nous fait une fin qui s’emmêle les pinceaux du genre on sait pas quoi faire. Alors on fait tout en même temps : d’abord le gosse qui paraît meilleur pote à Statham se démerde à assassiner Statham avec du genre un plan où le gars marche au ralenti vers la caméra avec tout qui pète derrière lui. Ca prend 15 minutes et c’est super chiant et les deux minutes d’après montrent Statham qui s’en sort finalement et qui bute le jeunot sur son canap’. Alors bon moi je dis il faut un peu choisir, si c’est le jeunot qui dépasse son maître et qui apprend tellement bien le métier que Statham comprend et accepte que son heure est venue et dans ce cas là il meurt et pour de vrai. Ou alors Statham ne perd jamais et dans ce cas là il nous faut un petit plus de complexité entre le jeunot et Statham, mais ça Statham il ne connaît pas la complexité. Alors au final on a un héros qui est vraiment le héros mais qui nous dit que le blanc bec il est super sympa et il est digne de confiance. Et au final il le bute n’importe comment en 4 secondes.
    Non vraiment cette #critique_a_2_balles est beaucoup trop longue et beaucoup trop pas assez bien écrite.
    Non la vraie surprise c’est que ce film est un remake et évidemment c’est tout à fait goulument que je vais me noyer dans les yeux magnifiques de Charles Bronson... Je vais m’appliquer à trouver tout les trucs mieux qu’il y avait dans Le Flingueur de 79.
    #Jason_Statham #Cinema #Simon_West #2011 #Flingueur
    https://www.youtube.com/watch?v=DrSn_JOEkso