Vanderling

La conversation n’est féconde qu’entre esprits attachés à consolider leurs perplexités.

  • Procès de pirates somaliens à Paris du 29 mars au 15 avril : solidarité ! | Lignes de force - Le blogue généraliste de Claude Guillon -
    http://lignesdeforce.wordpress.com/2016/03/29/proces-de-pirates-somaliens-a-paris-du-29-mars-au-15-avril-
    http://www.insomniaqueediteur.org/publications/freres-de-la-cote


    http://www.le-tigre.net/Numero-36-37.html

    A propos d’une déesse phénicienne EN FERROCIMENT
    Rennes, octobre 2013, Récit du procès des pirates somaliens ayant abordé le voilier français la Tanit - océan indien, avril 2009. PAR RENAUD WATTWILLER

    Certes à un fil, mais à part cela, à quoi cela tient-il, une vie ? Ou, pour être plus exact, une mort ? A la casse d’une petite hélice usée, aux délais d’acheminement des colis postaux, à l’erre trop rapide d’un cargo ? A la fatigue, au stress, à la fragilité d’un militaire commando qui n’était pas fait pour ce métier ? A la taille d’une échelle, à une baignade prolongée dans les eaux chaudes de la mer rouge ?... A tous ces petits accidents de la vie, ces plaisirs que l’on fait durer, cette succession de hasards qui font que l’improbable rencontre a eu lieu. A neuf cents kilomètres des côtes somaliennes, la rencontre d’un vieux voilier monocoque en ferrociment parti huit jours plus tôt de Vannes, à son bord une jeune famille bretonne, mari femme enfant, florentchloécolin , tous Lemaçon, parcourir le monde, revivre l’école libre, décroître un peu, fuir la France qui vient d’élire Nicolas Sarkozy, gagner l’océan indien pour commencer, et d’une petite embarcation de cinq #pirates. Une rencontre qui me conduit quatre ans plus tard, en ce mois d’octobre 2013, au palais du parlement de Bretagne, sur les bancs de la cour d’assises de Rennes, salle à plafonds hauts saturée de dorures, tentures, lustres, peintures ovales de ciels nuageux, décor bourgeois et cossu, ou tout exprime l’État, la règle, la loi, à mille lieux des saisons blanches et sèches de la #Somalie, fracture déplacée de la corne de l’Afrique, que les Nations unies, l’Union africaine tentent depuis vingt ans de réduire avec comme broches : le déploiement de quelques contingents de soldats ougandais ou kényans, l’installation d’un gouvernement transitoire, un peu d’aide humanitaire. Mais depuis vingt ans, hormis trois rues de #Mogadiscio, en Somalie : régime clanique, État failli.
    C’est un procès exceptionnel, vintage, étrange, pour des faits de #piraterie commis à huit mille kilomètres de la #France métropolitaine. La France, en 2007, a abrogé la loi vielle de presque deux cents ans qui faisait état de l’infraction de piraterie. Et puis il y eut l’attaque du #Ponant en avril 2008, un trois-mâts luxueux, et quatre mois plus tard du voilier Carré d’As - et il a fallu se doter à nouveau d’un arsenal permettant de juger de manière extraterritoriale les actes de piraterie survenus dans les eaux somaliennes ; en novembre 2010, le crime de piraterie a été réintroduit dans le Code pénal. Les deux premiers procès, jugés en cours d’assise de Paris et d’Évry à six mois d’intervalle, ont drainé les foules. Mais à #Rennes, ce lundi matin d’automne, les bancs du publics sont clairsemés, les chroniqueurs judiciaires sont loin. Le premier exotisme consommé, ces affaires tiers-mondistes semblent n’intéresser plus grand monde. Pour moi, cependant, ce procès n’a rien de commun ; et je le vois comme un procès qui parlerait de tout : l’aide au développement, la navigation marine, les pratiques délictuelles des grandes firmes prêtes à tout céder au business, la mafia italienne, l’armée française, l’écologie politique ; pour paraphraser Borges et sa Bibliothèque de Babel, un procès qui contiendrait tous les procès. La sonnerie retentit. Mesdames et messieurs, la cour. LA SUITE ... http://www.le-tigre.net/Numero-36-37-en-PDF-7-30-euros.html