• Dernières nouvelles (du #spectacle) de la Ve République (des #socialistes)

    Contexte : 10 mai 2016, jour anniversaire de l’arrivée de la gauche aux commandes de la Ve République, le Sénat vote une nouvelle prolongation de l’#état_d'urgence (officiellement pour couvrir les manifestations sportives de l’été) et le gouvernement impose le projet de « #loi_travail » par la force du 49-3 (cette disposition constitutionnelle que François Hollande qualifiait autrefois de « brutalité » et de « déni de démocratie »).

    http://seenthis.net/messages/487853
    http://seenthis.net/messages/487771

    Et donc le #SIG dialogue sur Twitter avec un personnage fictif du #tv_show House of Cards. #CM #wtf

    • Isabelle Attard dénonce les menaces du PS sur les députés https://www.causette.fr/le-mag/lire-article/article-1500/loi-travail-isabelle-attard-da-nonce-les-menaces-du-ps-sur-les-da-puta-s.ht

      Le gouvernement a menacé tous les députés PS qui voteraient la motion de censure d’être exclus du parti. La première des menaces proférées contre les socialistes tentés par le vote de la motion, c’était sur les investitures : « On te mettra quelqu’un face à toi, tu ne pourras pas à nouveau gagner. » Il faut faire savoir qu’il y a ce genre de menaces, « on brisera ta carrière politique ». D’où l’intérêt de ne pas avoir de carrière politique : il n’y a plus de prise sur les députés à partir du moment où on est sur un non-cumul des mandats dans le temps. Si on fait un seul mandat, voire deux, on se fout de la menace de la prochaine élection. Dans ce cas-là, aucun appareil politique ne pourra faire pression en disant « attention tu ne pourras pas être réinvesti ».

      Ce que voulait vraiment dire Churchill
      https://www.slate.fr/story/117949/churchill-democratie-valls

      La citation est très connue, son contexte méconnu. Quand Winston Churchill prononce cette phrase, il n’est pas, comme on pourrait le croire, le dirigeant tout-puissant d’une démocratie britannique qui a gagné la Seconde Guerre mondiale face aux dictatures, mais un leader déchu : il la lance en effet le 11 novembre 1947 à la Chambre des communes alors qu’il n’est plus « que » leader de l’opposition, après avoir été, à la surprise générale, largement battu lors des législatives de juillet 1945 par le travailliste Clement Attlee. Il reproche alors à un gouvernement qui s’enfonce dans l’impopularité de chercher à diminuer les droits du Parlement en amenuisant le pouvoir de veto de la Chambre des Lords, la deuxième Chambre du Parlement :

      « Comment l’honorable gentleman conçoit-il la démocratie ? Laissez-moi la lui expliquer, M. le président, ou au moins certain de ses éléments les plus basiques. La démocratie n’est pas un lieu où ou obtient un mandat déterminé sur des promesses, puis où on en fait ce qu’on veut. Nous estimons qu’il devrait y avoir une relation constante entre les dirigeants et le peuple. "Le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple" : voilà qui reste la définition souveraine de la démocratie. [...] Démocratie, dois-je expliquer au ministre, ne signifie pas "Nous avons notre majorité, peu importe comment, et nous avons notre bail pour cinq ans, qu’allons-nous donc en faire ?". Cela n’est pas la démocratie, c’est seulement du petit baratin partisan, qui ne va pas jusqu’à la masse des habitants de ce pays.
       
      [...]
       
      Ce n’est pas le Parlement qui doit régner ; c’est le peuple qui doit régner à travers le Parlement.
       
      [...]
       
      Beaucoup de formes de gouvernement ont été testées, et seront testées dans ce monde de péché et de malheur. Personne ne prétend que la démocratie est parfaite ou omnisciente. En effet, on a pu dire qu’elle était la pire forme de gouvernement à l’exception de toutes celles qui ont été essayées au fil du temps ; mais il existe le sentiment, largement partagé dans notre pays, que le peuple doit être souverain, souverain de façon continue, et que l’opinion publique, exprimée par tous les moyens constitutionnels, devrait façonner, guider et contrôler les actions de ministres qui en sont les serviteurs et non les maîtres.
       
      [...]
       
      Un groupe d’hommes qui a le contrôle de la machine et une majorité parlementaire a sans aucun doute le pouvoir de proposer ce qu’il veut sans le moindre égard pour le fait que le peuple l’apprécie ou non, ou la moindre référence à sa présence dans son programme de campagne.
       
      [...]
       
      Le parti adverse doit-il vraiment être autorisé à faire adopter des lois affectant le caractère même de ce pays dans les dernières années de ce Parlement sans aucun appel au droit de vote du peuple, qui l’a placé là où il est ? Non, Monsieur, la démocratie dit : "Non, mille fois non. Vous n’avez pas le droit de faire passer, dans la dernière phase d’une législature, des lois qui ne sont pas acceptées ni désirées par la majorité populaire. [...] »

    • “Buzzophagite aiguë”, Gérald Bronner, Le Postillon, 08/09/2016 (via @opironet)

      Cette réponse créait donc une sorte de réalité alternative assez troublante. Imaginons un instant que Georges Pompidou ait répondu à une interpellation d’un des personnages de fiction de son temps : Pif le chien. Pif n’aurait probablement pas osé, et Pompidou n’y aurait tout simplement pas songé. Rien de très grave dans tout cela, pourrait-on dire, excepté que ces anecdotes sont des symptômes d’un effacement progressif des frontières entre le réel et la fiction, dont on voit mille effets. Ceux-ci se manifestent, par exemple, dans le jeu Pokémon Go, où le virtuel et le réel s’interpénètrent, avec les accidents que l’on sait, dans cet imaginaire conspirationniste qui mélange souvent d’audacieux scénarios de série B avec la complexité géopolitique du monde réel, aussi bien que dans la passion – qui paraît irréversible – de la parole politique pour la narration, que beaucoup appellent désormais le storytelling. Notre cerveau aime qu’on lui raconte des histoires, et cet effacement des frontières entre le réel et le virtuel ne fait sans doute que commencer. Espérons qu’il ne prenne pas de telles proportions que nous en venions à penser avec nostalgie à un temps, peut-être en partie fantasmé lui aussi, où les faits plutôt que les histoires étaient les enjeux des décisions publiques.