Rezo

Le portail des copains

  • Les bijoux de famille
    http://arteradio.com/son/61657845/les_bijoux_de_famille

    Un beau jour, Benoît réalise qu’il laisse à sa copine le soin de gérer la contraception. Du coup, il entreprend des démarches pour utiliser la contraception masculine. Il y a deux méthodes efficaces, le slip chauffant et la piqûre de testostérone. Mais personne n’en parle : c’est un tabou pour les médecins comme pour les copains. Benoît va découvrir que, culturellement, ce n’est pas simple pour un homme de parler de contraception. Une enquête à la première personne qui ouvre le débat. Source : Arte Radio

    • @rastapopoulos Le slip chauffant permet de remonter les testicules afin de les réchauffer, ce qui coupe la spermatogénèse. Quant à la piqûre de testostérone, j’ai regardé, ça peut être efficace mais certains ne sont pas réceptifs au traitement. De plus ça implique des injections hebdomadaires (disons que si on veut faire ça il faut savoir se piquer).
      Il faut quand même avouer que toutes ces solutions sont encore plus contraignantes que les méthodes féminines et nécessitent un suivi médical poussé (tant pour le slip que pour les injections, il faut régulièrement faire analyser son sperme). Déjà qu’il y a un frein culturel, ça n’encourage pas les hommes à y aller tout ça (en tout cas je ne me vois pas porter un slip chauffant nuit et jour ou me faire des piqûres et aller au labo tous les mois, j’admire ceux qui sont prêts à se lancer là dedans).

    • Oui j’avais pigé le principe avec la chaleur. On l’appelle aussi le Remonte-Couilles Toulousain, de part son origine. :D

      https://vaderetrospermato.wordpress.com/techniques/rct

      Le fait de porter le slip n’implique en aucune manière que l’on est contracepté tant qu’on ne l’a pas vérifié scientifiquement par un comptage rigoureux effectué en laboratoire. Le RCT, comme d’ailleurs l’autre méthode par injection d’hormones, implique donc un suivi médical régulier. Un médecin généraliste est à même de prescrire un examen de sperme à intervalle régulier. La prescription médicale permet également que cet examen soit remboursé.

      Mais je me demande surtout quel est son pourcentage de réussite : à comparer aux plus de 99% de fiabilité des DIU, qui sont les moyens les plus efficaces de tout ce qui existe actuellement (la pilule n’est autant efficace qu’en laboratoire : dans la vie réelle, comme on peut l’oublier, il y a entre 5 et 20% de grossesses !)

      Moi je suis ce qui existe, mais ce n’est pas parce que « ça marche » ou « ça peut marcher », que ça peut marcher autant. Et pour l’instant je n’ai vraiment jamais rien vu qui concurrence le DIU, y compris chez les femmes (et donc encore moins chez les hommes vu qu’il y a encore moins d’études et d’expériences pour eux).

      Si, le seul, et c’est très bien quand on est sûr de soi, c’est la vasectomie. Qui à mon avis pourrait parfaitement être beaucoup plus utilisée si les médecins en faisaient vraiment la « pub », déjà au moins à ceux qui ont déjà eu 1 ou 2 gosses. Même s’ils se décident après en avoir eu 4, mais ce que je veux dire : que les médecins commencent à en faire la pub dès que ces hommes ont déjà 1 ou 2 enfants pour qu’ils l’aient en tête ensuite.
      Mais avant qu’on en soit là…