• « Donald Trump présente-t-il tous les symptômes de l’histrionisme paroxystique ? »
    https://jeanyvesnau.com/2016/06/28/dsm-5-donald-trump-nous-presente-t-il-tous-les-symptomes-de-lhistrionis

    Ainsi est-ce un travail original et sans doute utile que vient de publier Le Quotidien du Médecin : « Enquête chez les psys français Et si #Donald_Trump était fou ? » (Christian Delahaye).
    http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2016/06/27/et-si-donald-trump-etait-fou-_817241

    Nous reprenons ici quelques-uns des commentaires réunis par Le Quotidien – commentaires faits par des spécialistes qui, sans l’avoir examiné, on entendu et observé « le milliardaire à l’improbable système capillaire jaunâtre » qui « arpente la campagne américaine, à coup de déclarations fracassantes : #complotisme délirant, #racisme invétéré, #égotisme exacerbé, #machisme débridé, #mépris compulsif des données scientifiques… ».

    (...) Dr Serge Hefez (psychiatre et psychanalyste, La Pitié-Salpêtrière, auteur de « La Sarkose obsessionnelle »)

    « Ce #narcissisme atteint un #degré_histrionique_paroxystique : son goût de lui-même s’exprime dans son dégoût des femmes, qu’il juge inférieures, des pauvres, qu’il méprise, des émigrés auxquels il voue sa haine et même des handicapés dont il n’hésite pas à se moquer, avec une effrayante absence d’empathie. »

    (...) Ali Magoudi (psychanalyste et écrivain) :

    « Poussez-vous, la loi c’est moi. Un message destructeur mais bien perçu par les électeurs auxquels il promet de rendre leur #grandeur_perdue : des #hommes_blancs de 30 à 50 ans, en perte de repères sociaux, auxquels il désigne le bouc émissaire hispanique et musulman. »

    Marie Muzard (auteure de « Ces grands singes qui nous dirigent –Ethnologie du pouvoir dans l’entreprise » Albin Michel) :

    « Trump est un très beau spécimen de #gorille_dominant : avec son dos jaune argenté, sa stature massive, ses parades d’intimidation, poussant des grands borborygmes d’insulte, affichant ses attributs virils, massacrant tous ses compétiteurs, le gorille dominant promet de rendre sa force perdue à la tribu des laissés pour compte, des humiliés. Avec eux, il pratique le grooming : il les épouille, non pas par mesure d’hygiène, mais pour marquer son pouvoir. »

    La #maladie_de_la_domination peut-être ?

    • Maladie de la TV/video aussi. À un certain stade, le réel et la fiction sont floutés, indissociables. Le mec est réel mais c’est aussi une histoire, un conte, qui est parfois ’pris’ au second degré, redistillé comme tel mais reçu par d’autres au premier degré. Et petit à petit, ce personnage et ses extravagances (pour dire le moins) sont ’normalisés’, intégrés à une perception ’commune’. Le cadre de référence global s’en trouve modifié et il n’y a guère que les personnes fortement politisées (au sens idéologique) qui restent sensibles à cette anomalie....

      #pensee_en_vrac