etraces

Le projet e-traces aborde le Web 2.0 dans le contexte de l’instauration progressive d’une société de la surveillance.

  • Comment Pokémon Go est-il lié à la CIA ?
    https://fr.sputniknews.com/international/201607281027060121-pokemon-go-cia

    Alors que Pokémon Go donne le tournis à la planète entière, les joueurs ont-ils jamais à quoi aussi pourrait servir ce jeu à priori innocent ? Sputnik a fait une petite recherche sur l’affaire. Voici quelques faits curieux sur le jeu Pokémon Go — et ce ne sont pas des ruses afin d’augmenter son niveau de jeu mais des détails sur le fonctionnement du projet. Détails qui peut-être réduiront à néant votre envie de vous lancer à la poursuite des Pokémon, ou de jouer en général. Le projet Pokémon Go a été (...)

    #Google #In-Q-Tel #Nintendo #géolocalisation #enfants #surveillance #surveillance #jeu #CIA #Pokémon #Niantic (...)

    ##Keyhole

    • Et voilà en 2016 que Niantic fait un pas en avant lance un jeu génial et viral basé sur le principe de la réalité augmentée. Une fois qu’il l’a installé et qu’il a lui autorisé l’accès à sa caméra qui filme tout ce qu’il voit autour de lui, son microphone, son gyroscope, son GPS et tous ses appareils connectés, le smartphone de l’utilisateur se met à vibrer et signale que plusieurs Pokémons se trouvent à proximité.

      Que se passe-t-il ensuite ? L’application vous félicite pour votre premier succès parce qu’elle sait comment il est important pour le joueur d’être encouragé. Puis, elle requiert que vous filmiez vos premiers Pokémons captés de tous les angles — et obtient donc les photos de votre appartement en détail, y compris les coordonnées et l’angle d’inclinaison du smartphone.

    • Dans sa politique de confidentialité :
      https://www.nianticlabs.com/privacy/pokemongo/fr

      « Nous coopérons avec le gouvernement, les autorités compétentes ou des parties privées pour appliquer et respecter la loi. Nous pouvons divulguer toute information vous concernant (ou votre enfant autorisé) en notre possession ou sous notre contrôle au gouvernement, aux autorités compétentes ou aux parties privées dans le cas où, à notre seule discrétion, nous le penserions nécessaire ou approprié ».

    • Mais soyons un peu plus critique :

      Pokémon Go et la CIA, histoire d’une paranoïa
      http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/08/02/pokemon-go-et-la-cia-histoire-d-une-paranoia_4977493_4355770.html

      Contrairement à ce qu’affirment les théories alarmistes, Niantic ne demande à aucun moment l’accès au micro du téléphone du joueur (alors que c’est le cas pour l’appareil photo et la géolocalisation). De même, il n’est à aucun moment question de stocker ou de diffuser à un tiers des photos prises à l’intérieur de l’appartement du joueur ou des données issues du micro du téléphone.

      Fournir de telles images ou enregistrements sonores aux autorités contreviendrait donc à ses conditions d’utilisation. Si c’était le cas, ce ne serait certes pas la première controverse du genre (Google, Facebook, ou Snapchat ont déjà été pointés du doigt en la matière). Mais rien ne vient appuyer cette hypothèse concernant Pokémon Go.

      [...]

      Enfin, certains articles prétendent qu’un certain David Icke, connu pour ses prises de positions conspirationnistes, aurait pris position contre le jeu parce qu’il s’agit « d’une application militaire ».

      Sauf que ces déclarations n’existent pas. La vidéo censée les présenter, intitulée « David Icke : arrêtez de jouer à Pokémon Go maintenant, voici pourquoi » et visionnée plus de 300 000 fois sur YouTube, n’évoque pas une seule fois le jeu…