• Many Chroniques : la Vénus Hottentote, une tragédie méconnue
    http://manychroniques.blogspot.fr/2010/08/la-venus-hottentote-une-tragedie.html

    Cette histoire est terrifiante mais pleine d’enseignements sur les rapports des individus envers la femme noire et le regard qu’ils lui portent. Je pense que chaque femme noire et plus particulièrement chaque afro-péenne ou afro-américaine devrait connaître sa vie !
    J’ai eu l’occasion de découvrir Saartjie Baartman en lisant Zoos humains : au temps des exhibitions humaines, un livre collectif rédigé sous la direction de Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch et Eric Deroo. Malheureusement son destin tragique reste très méconnu !
    Pourtant, il est de notre devoir de se souvenir d’elle ; C’est une héroïne.
    Surtout, on devrait tirer les leçons de son drame car il en va de l’honneur des femmes noires dont notre place dans ce monde reste insatisfaisante. Heureusement, bien plus de femmes que l’on ne croit agissent et contribuent à améliorer la situation... Toutefois, le chemin est encore long.
    Et pour avancer, garder la foi en nos convictions, il est de la plus grande importance de se souvenir de nos aïeux, de ce qu’ils ont enduré afin de reprendre le flambeau, de poursuivre le dur combat à l’égard des nôtres et de notre dignité perdue.
    Voilà pourquoi je tiens à remémorer l’histoire de Saartjie Baartman.
    Il ne s’agit pas seulement d’une femme noire, africaine, outragée au plus profond d’elle-même. Il s’agit aussi de l’abaissement de l’humanité par l’homme blanc.
    A travers ce fait divers, on constate jusqu’où l’homme peut déconsidérer son prochain, avec une cruauté inouïe. L’homme prétendument civilisé est finalement celui qui s’est montré le plus sauvage et le plus méprisant vis-à-vis de la condition humaine dans ce qu’elle a de plus merveilleux : sa diversité !
    Le calvaire de la Venus Hottentote illustre à quel point l’Homme peut bafouer l’Humanité en décrétant la supériorité de l’homme blanc sur le nègre (et sur les autres peuples aux traits physiques multiples).
    Et pour le démontrer, il n’a pas hésité à mettre en scène cette femme aux caractéristiques physiques particuliers qu’il jugeait si proches de l’animal, lui occultant toute âme. Une femme aux courbes qualifiées de « disgracieuses » ou « grossières » pour lui retirer tout principe de liberté, inhérent à chaque être humain.

    #histoire #historicisation #racisme #colonialisme #misogynie #misogynoir