La Rotative

Site collaboratif d’informations locales - Tours et alentours

  • Sans Canal Fixe : chronique de la naissance d’une utopie télévisuelle (épisode 1)

    http://larotative.info/sans-canal-fixe-chronique-de-la-1614.html

    Lancement d’une série sur Sans Canal Fixe, une télé libre née à #Tours en 1999 et qui survit encore aujourd’hui

    A la fin des années 90 se créent, à l’image des radios libres, deux décennies auparavant, des médias d’expression libre, dont le credo est « On filme, on monte, on montre. » Ces télés libres se revendiquent comme non-commerciales, totalement indépendantes et non alignées sur des pouvoirs économiques, politiques ou religieux.

    C’est également la naissance des télé-brouettes. Le principe est simple, amener la télévision dans les endroits encore inaccessibles pour les canaux hertziens, proposer une alternative locale réalisée de manière participative, diffuser vite en accompagnant les projections.

    A Tours, Sans Canal Fixe se crée autour de journalistes reporters d’images et de cinéastes. L’idée est de confronter le regard documentaire à l’expérience du petit écran. Lutter contre la télé-poubelle en revendiquant un autre regard sur le monde. SCF est alors définie par ses créateurs comme une « espèce de télé » qui fabrique des programmes qui ne passent pas à la télévision. Un laboratoire qui ne passe pas par les stations obligatoires de la télévision (écriture, pré-achats, commissions de sélection). 
Libre, donc.

    De 1999 à 2001 sont créés et diffusés des programmes de courts-métrages, qui évoquent la vie locale (mais pas seulement), en croisant la culture, la politique, le quotidien, avec, avouons-le, une très nette propension à ridiculiser la droite. Les projections se font dans les cafés tourangeaux et des lieux plus interlopes (une chapelle par exemple). Il faut une télé, un magnétoscope, des flyers distribués dans divers lieux, du public, et les réalisateurs. On regarde, on échange, on boit. On vit. La première transformation se fait précisément dans cette réalité : les spectateurs viennent à la télé.

    #mediaslibres #télé