enuncombatdouteux

NI ACTUALITÉS NI COMMENTAIRES, ..... DU COPIER-COLLER ET DES LIENS... Un blog de « curation de contenu » : 82 LIVRES , 171 TEXTES et 34 DOCUMENTAIRES :

  • Un malware médiocre suffit à pirater l’Internet des Objets

    http://motherboard.vice.com/fr/read/un-malware-mediocre-suffit-a-pirater-l-internet-des-objets

    Ces dernières semaines, des hackers anonymes ont lancé l’une des plus grosses cyberattaques qu’Internet ait jamais connu. L’attaque, caractérisée par sa virulence et son échelle, a fait intervenir un large réseau de caméras piratées participant de ce que l’on nomme l’Internet des Objets (IoT).

    Vendredi, le pirate qui s’attribue la paternité du malware a publié son code source, dont l’authenticité a été attestée.

    Le code malveillant n’est pourtant pas très sophistiqué, selon les experts en sécurité qui l’ont étudié.

    « L’individu ou les individus qui l’ont écrit se sont donné du mal. Il est plus complexe que le code médiocre que l’on trouve d’ordinaire dans des appareils de l’IoT, » nous explique Darren Martyn, l’un des chercheurs ayant examiné le malware de près. « Mais cela reste du code amateur. »

    Le malware en question, baptisé Mirai, a été mis à disposition sur Hackforums par son créateur présumé, puis publié sur GitHub. Mirai est conçu pour scanner l’Internet et détecter les appareils vulnérables connectés à Internet qui utilisent le protocole telnet, et possèdent des login et mots de passe faibles par défaut tels que « admin, » et « 123456, » « root, » et « password, » voire « mother » et « fucker, » des identifiants utilisés par un autre réseau de bots constitué de routeurs piratés.

    Le code est rempli de blagues et d’entrefilets amusants, de mentions de mèmes célèbres, et même d’un lien YouTube pointant faire la fameuse vidéo de Rick Astley, « Never Gonna Give You Up. » C’est une façon pour l’auteur du code de se payer la tête des chercheurs et des experts en sécurité qui inspecteront le code pour le compte d’une institution ou du gouvernement.

    De fait, le malware fonctionne toujours ; maintenant qu’il a été rendu public, il se propage comme une trainée de poudre. Si un logiciel malveillant de qualité médiocre est capable de générer l’une des attaques DDoS les plus virulentes de tous les temps, et compte tenu du triste état de la sécurité de l’Internet des objets en général, nous devrions nous préparer à des attaques toujours plus fréquentes sur notre réseau IoT supposément « intelligent. » Cela fait des mois qu’experts et journalistes mettent en garde contre la vulnérabilité de l’Internet des Objets, mais ces avertissements semblent n’avoir produit aucun effet.

    « Je suis surpris qu’un code aussi simpliste puisse être à l’origine d’une telle attaque DDoS. Cela en dit long sur la sécurité de l’Internet des Objets, » explique un chercheur en sécurité surnommé Hacker Fantastic à Motherboard. « Si les gens ne se décident pas à changer les mots de passe par défaut et à désactiver telnet sur les équipements connectés à Internet, nous devons nous attendre à désastre. »