• De #colère et d’espoir : 8 choses que les hommes peuvent faire à part « nous croire » #StopCultureDuViol
    http://decolereetdespoir.blogspot.fr/2016/10/8-choses-que-les-hommes-peuvent-faire.html

    C’est bien beau les belles paroles dans les événements féministes mixtes, les statuts Facebook sur vos inquiétudes par rapport à vos filles, et les mots d’encouragements pour les femmes, mais que faites-vous pour mettre fin au viol ? Parlez à votre fils, à votre frère, à votre meilleur ami. La culture du viol se cache aussi dans votre réseau.

    Une étude rapportée dans les médias cette semaine concluait qu’un tiers des hommes violeraient s’ils pouvaient être certains qu’il n’y aurait pas de conséquences. Dans notre société, le #viol est très, très rarement puni – au point où on peut approximer qu’on peut violer sans conséquences. Cherchez ce tiers d’hommes dans votre entourage – celui qui veut violer, ou qui a probablement déjà violé. Il est extrêmement difficile pour les femmes d’éduquer les violeurs. Le travail vous revient.

    Même si cette étude a fait beaucoup parler dans les derniers jours, elle ne devrait pas vraiment nous surprendre. Une logique élémentaire veut qu’il n’y ait pas que deux ou trois hommes qui violent à eux seuls des milliers de femmes. Si je connais facilement une trentaine de femmes qui ont été violées, tu connais sans doute une trentaine d’hommes qui ont violé. On me fait toujours remarquer qu’un homme peut violer plus d’une femme – on oublie que des femmes sont violées par plus d’un homme. Cessez de rationnaliser et passez au travail.

    #culture_du_viol #impunité #solidarité

    • #culture_du_viol
      Il m’arrive de parler avec des hommes de bonne foi, et pas vraiment mes amis, d’agressions sexuelles et de viol, et surtout de ceux qu’ils ont fait subir « sans le savoir ». J’évite de citer le mot féminisme qui est un peu comme agiter un épouvantail devant des moineaux attirés par le mot sexe. Simplement, je demande juste si ils ont toujours respecté le consentement de leur compagne ou compagnon de sexe, parce que si ce n’est pas le cas, alors oui, ils ont déjà violé quelqu’un·e et que oui, ils peuvent se mordre les doigts maintenant même si ce n’était pas leur intention. Je t’assure que ça en bouleverse plus d’un, qu’ils tombent des nues, ah hein, faut demander l’accord avant ?

      Il y a un problème d’éducation certain !

      Toujours à regarder les débilités de la télé, je continue avec cette #culture_du_viol qu’on retrouve chaque jour disséminée, par exemple sur PBLV, dernier épisode : Une jeune femme (serveuse au bar) conseille un homme (cuisinier au bar) qui s’inquiète de se faire larguer, lui expliquant qu’il faut absolument qu’il insiste et que les femmes, il ne faut surtout pas croire ce qu’elles disent.
      Si si, tel quel mec, on va pas t’expliquer à l’école ni chez toi comment avoir des rapports sexuels de partage, c’est interdit grâce aux socialistes qui ont mené la danse homophobe des ultras, non non, on t’explique à la télé ton droit à violer. Quoi le sexe pourrait être un moment de plaisir partagé ? Ben non, la petite morale veut que ce soit un truc de toute façon pas très propre, corroboré par les pornos d’internet, dont les femmes payent le prix fort …