odilon

artiste aux mains pleines de doigts - visionscarto.net

  • Sylvie Laurent : « Les Noirs sont les sentinelles de l’état de la démocratie américaine » - Libération
    http://www.liberation.fr/debats/2016/10/28/sylvie-laurent-les-noirs-sont-les-sentinelles-de-l-etat-de-la-democratie-

    Dans ses cours sur l’histoire américaine à Sciences-Po, Sylvie Laurent enseigne à ses étudiants que chaque progrès du pays vers l’égalité raciale fut suivi d’une contre-révolution. Depuis l’abolition de l’esclavage, les avancées vers plus de justice et d’égalité pour les Noirs ont été systématiquement suivies d’une réaction revanchiste. Selon la chercheuse, le succès de Donald Trump est ainsi incompréhensible s’il n’est lu au regard de l’élection de Barack Obama. Trump parle pour une partie de la population blanche qui se sent dépassée, dépossédée, déclassée et qui aimerait rétablir sa prééminence. Dans son dernier essai, la Couleur du marché, qui vient de sortir au Seuil, l’historienne revient sur les liens entre racisme et néolibéralisme économique.

    #États-Unis #racisme #néoracisme

    • Les restrictions récentes du droit de vote des Noirs entrent-elles dans cette démarche néoraciste ?

      La Cour suprême des Etats-Unis a en effet été l’avocate de cette conception néolibérale de la justice raciale, un « laisser-faire » face aux forces pourtant redoutables de ceux qui veulent restaurer l’ordre ancien. Ainsi, lorsque les conservateurs, instruits par la victoire électorale d’Obama, ont entrepris dès 2010 de trouver la parade, ils ont tout simplement imposé de nouvelles réglementations électorales, discriminatoires, au mépris des procédures légales héritées des droits civiques.

      Afin de limiter l’accès aux urnes de ceux-là même qui avaient permis la victoire d’Obama, les Noirs et les Hispaniques, furent mises en place toutes sortes de mesures restrictives, requérant par exemple une carte d’identité avec photo (passeport ou permis de conduire dont les communautés les plus pauvres ne disposent pas toujours). Certains Etats ont fermé des bureaux de vote, réduit le nombre de jours où l’on peut voter (aux Etats-Unis, les périodes de vote sont étendues car les élections ont souvent lieu le mardi, rendant le vote impossible pour les travailleurs précaires). L’argument invoqué est la lutte contre la fraude électorale, jamais établie, mais le résultat est que dans seize Etats aujourd’hui le droit de vote a été réduit et que les principales victimes sont les minorités. Cela s’ajoute au redécoupage opportun des circonscriptions électorales, qui favorise le vote des zones rurales blanches.

      A l’issue des procédures de recours engagées par l’ancien ministre de la Justice lui-même, Eric Holder, la Cour suprême a déclaré, en 2013, que les mesures fédérales pour empêcher la confiscation du droit de vote des minorités raciales étaient obsolètes, l’ère du racisme étant révolue. Les Etats incriminés pouvaient donc procéder à leur guise.

    • un reportage sur la Caroline du Nord :

      The Bathroom and the Ballot Box
      Multimillionaire Art Pope’s push to rewrite North Carolina politics was almost complete—until his cohorts went one bill too far.

      PLUS: Chief Justice John Roberts’ long quest to gut the Voting Rights Act

      BY MAC MCCLELLAND
      http://www.motherjones.com/toc/2016/11

      (avec un #paywall qui demande un email en échange)