• « C’est l’abstention, imbécile ! » Les leçons de l’élection de Donald Trump | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/eric-fassin/blog/121116/c-est-l-abstention-imbecile-les-lecons-de-lelection-de-donald-trump
    Article très documenté et intéressant d’Eric Fassin sur la sociologie du vote Trump et la manière d’un tenir compte dans le débat politique français

    la participation est inégalement répartie selon les catégories démographiques : sans surprise, les électeurs âgés, riches et éduqués sont surreprésentés ; traditionnellement, ceux qui ont une pratique religieuse aussi. En revanche, si les Hispaniques sont ceux qui votent le moins, les Noirs participent plus que les Blancs (à condition bien sûr d’être inscrits sur les listes électorales) ; parmi les moins diplômés, dont on parle tant, ils votent 1,7 fois plus ! Autant dire (gardons-le en mémoire) que les Blancs sans diplôme votent peu… C’est donc en pensant aussi à l’abstention qu’il convient d’analyser les informations disponibles grâce aux sondages de sortie des urnes sur la participation – en mettant l’accent sur l’évolution d’une élection présidentielle à l’autre, du moins pour les questions qui restent les mêmes depuis les années 1990.
    [...]
    Le niveau d’éducation peut-il se résumer à la classe ? On serait tenté de le penser, dans un pays où le diplôme universitaire est un indicateur d’appartenance à la classe moyenne. Toutefois, la réalité est plus complexe. En effet, si l’on considère les revenus, le résultat est différent : en dessous de 30 000 dollars, le vote démocrate l’emporte encore de 12 points ; entre 30 et 50 000, de 9 points. C’est dans les classes moyennes et supérieures que Donald Trump fait jeu égal avec Hillary Clinton. Mais il est vrai que, dans les classes populaires, le fossé s’est considérablement réduit : encore en 2012, l’écart, parmi les moins riches (jusqu’à 30 000 dollars), était encore de 28 points en faveur de Barack Obama ; en 2008, de 33 points. Même en 2004, parmi ces électeurs, John Kerry l’emportait de 20 points sur George W. Bush. Bref, si l’écart se réduit, en termes économiques, il ne disparaît pas pour autant. En revanche, c’est bien le critère culturel qui est déterminant, défini au croisement du sexe, de la race, de la religion et de l’éducation – et d’autant plus qu’il se creuse très rapidement. Il est donc indispensable de penser en termes de ce qu’on appelle « intersectionnalité ».
    [...]
    Le sexisme et le racisme de Donald Trump n’ont certes pas mobilisé contre lui les femmes et les Hispaniques ; en revanche, ils ont réussi à mobiliser une version sexiste et raciste de l’identité masculine blanche. En lui conférant une légitimité, le futur président la fait exister politiquement.
    [...]
    Il importe de ne pas rabattre cette question culturelle sur un problème de classe, comme si les deux logiques se confondaient. Certes, en 2016, les électeurs républicains ont tendance à penser que l’économie se porte mal (79%) et que leur situation familiale empire (78%). Mais la peur du déclassement ne suffit pas à définir la « misère du monde ». Il ne faut donc pas se demander « pourquoi les pauvres votent à droite », selon le titre en français d’un livre de Thomas Frank en 2004 : il portait sur le basculement républicain d’un populisme déserté par les Démocrates. En réalité, la plupart des pauvres (quand ils votent !), ne le font pas pour Donald Trump, et la plupart de ses électeurs ne sont pas pauvres.
    [...]
    Il ne suffit donc pas de reprendre le slogan de 1992 : « It’s the economy, stupid ! » Aujourd’hui, il faudrait ajouter : « C’est l’abstention, imbécile ! » Car l’électorat des classes moyennes et populaires ne s’abandonne pas en masse à la séduction de Donald Trump – même chez les Blancs. Pour autant, il n’est pas condamné au Parti démocrate. Reste une troisième option, dont on a vu qu’elle touche particulièrement les classes populaires : l’abstention.
    [... Conséquences pour la politique française]
    Le racisme et la xénophobie, tout comme le sexisme et l’homophobie, sont les symptômes, non pas d’une souffrance économique qui affecte réellement les classes populaires, mais d’un ressentiment qui traverse toutes les classes – dans l’électorat de Donald Trump comme en France dans celui de Marine Le Pen. Une politique de gauche ne saurait donc se donner pour objet premier de sauver les brebis égarées qui pourraient bien être des loups. En revanche, sa priorité devrait être de regagner celles et ceux que leur rejet du parti démocrate n’a pas fait succomber aux sirènes du fascisme. Dans les années 1980, on a parlé des « Reagan Democrats », pour qualifier ces électeurs de classes populaires qui avaient changé de camp. Peut-être parlera-t-on demain des « Trump Democrats ». Toutefois, pour refonder une politique de gauche, mieux vaudrait s’intéresser à l’abstention, qui est un vote de défiance. Plus qu’aucune autre, cette catégorie explique l’échec des partis progressistes ralliés au néolibéralisme. Il y a là une véritable réserve de voix, à condition, au lieu de les abandonner à l’abstention, de prendre le parti des abstentionnistes.

    cf. @nidal