• Publication de notes sur l’exécution du dernier condamné à mort en France
    http://www.enm.justice.fr/?q=actu-06decembre2016_Peine-de-mort-Robert-Badinter-remet-un-document-h

    L’ancien garde des Sceaux Robert Badinter remettra, ce mercredi 7 décembre, un document historique à l’ENM à l’occasion du 35e anniversaire de l’abolition de la peine de mort. (...)

    Le 9 septembre 1977, #Hamida_Djandoubi, reconnu coupable du meurtre de sa compagne, est guillotiné à la prison des #Baumettes, à Marseille. Désignée pour assister à l’#exécution, [la juge d’instruction] #Monique_Mabelly écrit, lorsqu’elle rentre chez elle, un témoignage saisissant de neuf pages dans lequel elle décrit les derniers moments de vie du condamné et fait notamment part de la « révolte froide » qu’elle a ressentie face à cette « vie (…) tranchée » en une seconde.

    Les notes
    http://www.enm.justice.fr/sites/default/files/publications/PV-derniere-execution-1977.pdf [#pdf]

    Le cortège se forme. Une vingtaine (ou une trentaine ?) de gardiens, les « personnalités ».
    Tout au long du parcours, des couvertures brunes sont étalées sur le sol, pour étouffer le bruit des pas.

    (...)

    Pendant un instant il est question de remplacer les menottes par la cordelette, mais on se contente de lui enlever les menottes, et le bourreau a ce mot horrible et tragique : « Vous voyez, vous êtes libre !... »

    (...)

    Maintenant il a compris que sa vie s’arrêterait quand il aurait fini de boire.

    (...)

    Cet homme va mourir, il est lucide, il sait qu’il ne peut rien faire d’autre que retarder la fin de quelques minutes. Et ça devient comme un caprice d’enfant qui use de tous les moyens pour retarder l’heure d’aller au lit !

    (...)

    Le condamné continue à boire son verre lentement, par petites gorgées.

    (...)

    Le verre est presque terminé et, dernière tentative, il demande une autre cigarette, une Gauloise ou une Gitane, car il n’aime pas celles qu’on lui a données.
    Cette demande est faite calmement, presque avec dignité.
    Mais le bourreau, qui commence à s’impatienter, s’interpose : « On a déjà été très bienveillants avec lui, très humains, maintenant il faut en finir. »

    (...)

    L’homme qui parlait, moins d’une minute plus tôt, n’est plus qu’un pyjama bleu dans un panier.

    #histoire #peine_capitale #guillotine