Lettonie-Francija.fr

news, actualités, échanges, coopération, projets, amitiés France-Latvija

  • Développer l’Entreprise Sociale "Ami 3" Lettonie -

    Soutenez le projet humanitaire Franco-Letton « AMIS 3 » et son atelier fruits des bois à MĒTRIENA LV4865, MADONAS Novads, en Lettonie.

    « AMIS 3 » Entreprise Sociale entre Lettonie et Francija.

    En Lettonie, les populations des zones rurales excentrées vivent souvent très modestement, sans couverture sociale. Ce projet est destiné à l’une de ces régions de la Lettonie profonde, près de Madona, là où s’arrête le bitume et même plus loin ...

    Lors d’un séjour dans le Sud-Ouest de la France en 2013, Solvita FIBIGA découvre avec sa sensibilité les Communautés Emmaüs Initiées par l’Abbé PIERRE. Ces centres de réinsertion collectent, trient, réparent et revendent pour des sommes modiques des accessoires de la vie courante : meubles, vêtements, ménager, livres, bibelots...etc.

    Accompagnée par Jean AMBLARD, qui pratique la langue lettone, Gascon chef de projets à l’orphelinat de Grasi en Lettonie, Solvita réagit en s’informant sur le fonctionnement des Centres Emmaüs et si éventuellement une telle organisation pourrait être transposée dans son petit village à Mētriena, voire dans la Communauté de Communes de Madona, au cœur de la Lettonie profonde.

    https://www.lettonie-francija.fr/-aider-amis-3-association-humanitaire-de-droit-letton- ?

    Développer l’Entreprise Sociale "Ami 3" et son atelier fruits des bois d *e Lettonie, un projet associatif humanitaire Franco-Letton à Mētriena en Lettonie

    Les multiples baies sauvages de canneberges, de myrtilles, les framboises & fraises des bois, les champignons, les sèves du printemps sont abondantes dans les forêts lettones. Après la cueillette elles permettent de faire des conserves, des confitures et des jus de fruits de très grande qualité.

    Une des activités d’économie sociale en projet avec l’association "Ami 3".

    Comment faire vivre économiquement "Ami3", association à caractère social et humanitaire ?
    Produire en Lettonie des confitures et des jus de fruits de très grande qualité

    L’idée fait son chemin car dans cette région de Lettonie, restée très nature avec ses forêts immenses et ses tourbières (Réserve Nationale de TEIČI) les baies sauvages de canneberges, de myrtilles, les framboises & fraises des bois, les champignons, les sèves du printemps sont abondantes et permettent de faire des conserves, des confitures et des jus de fruits de très grande qualité.

    Il y a aussi beaucoup de pommiers car le climat leur est très favorable. Ils n’ont pas besoin
    d’être traités et donnent de très bons fruits à valoriser.

    Un petit atelier de production de confitures et jus de fruits bios aux normes européennes permettrait de générer des revenus complémentaires.

    La vente locale sera modeste, sans doute un peu mieux à Riga la capitale mais à voir dans les réseaux associatifs, les Comités d’entreprises, internet, le bouche à oreille ... tout est possible !

    Le matériel de cet atelier est évalué à environ 15000€ au prix du neuf, et pourrait être trouvé d’occasion en France, en Belgique, en Suisse. L’idéal serait des dons et le sponsoring.

    *L’association a besoin de votre aide pour prendre son envol à Mētriena.

    Plus tard viendra l’autonomie. Le bénévolat est à son balbutiement dans les pays de l’ex-URSS, il est fragile et les salaires si bas que donner ne serait-ce qu’un peu de son temps, est extrêmement généreux et peu courant. Il faut le soutenir, l’encourager !

    Même dans le cas positif où AMIS3 recevrait des soutiens de la part de Communautés ou d’associations françaises, même si la revente générait quelques revenus, dans un deuxième temps il est logique d’envisager d’autres activités annexes pour aider les plus démunis et subvenir au fonctionnement.

    Fonctionnement envisagé dès décembre 2016

    La municipalité accepte de louer un local, l’association l’aménagera pour mettre les dons à disposition : meubles, vêtements et divers accessoires de la vie courante. Mais dès le départ, il s’avère déjà un peu trop petit ...

    Sur les conseils d’organisations humanitaires expérimentées, tous les articles à disposition seront cédés moyennant une faible contrepartie financière, adaptée à la précarité de la situation économique de ceux à qui s’adresse cette action. Cela pour que chacun se sente dignement participant d’avoir « acheté » et non d’être secouru.

    Rappelons que le salaire minimum en Lettonie pour un mois de travail à temps complet est passé en 2015 de 360€ à 370 euros en 2016 pour 40h de travail hebdomadaire.

    En attendant les moyens de créer l’emploi d’une personne responsable, les membres du conseil d’administration qui pourront se libérer de temps à autre essayeront d’assurer une présence pour une ouverture au moins le week-end : Pas facile...

    Dans la ville, de nombreuses personnes sont sans emploi et mènent une vie précaire. L’alcoolisme est très présent... Les activités générées par l’association pourront saisonnièrement les aider en leur proposant un travail rémunéré.

    Amis lecteur vous avez probablement des idées, des contacts, des solutions à nous proposer.
    Soutenez l’association "AMIS 3", laissez votre message à Jean Amblard en cliquant ici
    https://www.lettonie-francija.fr/Entreprise-Sociale-Ami3-atelier-fruit-des-bois-1258?lang=fr

    #Ess #lettonie #entreprise_sociale #atelier #fruits_des_bois #don #Ami3 #projet #humanitaire

    • Contrat à impact social : rentabiliser la misère On connait en France
      http://labrique.net/index.php/thematiques/politicaille/842-contrat-a-impact-social-rentabiliser-la-misere

      Le « contrat à impact social », nouvel outil de financement pour les associations, arrive en France. L’État ne veut plus assurer ses missions sociales ? Pas de soucis, les banques et les multinationales sont déjà en embuscade pour couvrir les besoins des miséreux.ses. Une main sur le cœur, l’autre dans la caisse, la finance s’attaque au social et recycle la misère en pognon.


      Au-delà de faire du profit sur le dos des plus vulnérables, ce type de contrat modifie radicalement l’essence même du travail social. . . .

      On se demande pourquoi la Lettonie essaye de nous vendre ça, chez elle.
      Budgets européens alloués sans doutes ?

      Quand on rentre à Emmaüs, le business de la misère, on en sort pas !
      http://www.dailymotion.com/video/x2u04n3_emmaus-le-business-de-la-misere_news

    • Merci de l’information.

      La Lettonie, la Bulgarie et la Roumanie font partie des pays dans l’Europe, qui ont les plus fort taux de pauvreté.

      Depuis 2008, la Lettonie a subit fortement la crise mondiale et se redresse progressivement. Elle est aujourd’hui parmi les pays les moins endettés d’ Europe, ce n’est pas le cas de la Grèce, de l’Espagne qui défraient souvent les chroniques médiatiques.

      Pourtant en Lettonie, si les lettons veulent avoir chaud sous leurs températures hivernales ( -10° à -25° selon), il leur a d’abord fallu faire provisions de bois de chauffage, en prévoyant les mois à venir.

      C’est ce mélange de prévisions, d’efficacité participative naturelle, et d’habitudes à lutter ensemble contre l’adversité en chantant, qui font beaucoup de différences avec les français, malgré les pauvretés.

      Hier était le solstice d’hiver, très fêté en Baltique, car il annonce le retour de l’allongement de l’ensoleillement des journées, favorise les enchantements lettons.

      En cadeau, La pureté des voix lettones pour un « Triste Petit Festival d’Hiver » transmis avec grand plaisir musical :
      Concert Vocal du groupe féminin « Latvian Voices » visible par ce lien http://bit.ly/2hV8MQY


      https://twitter.com/LatvianVoices
      #lettonie #latvianvoices #pauvreté #

    • Pour faire suite et être précis en abordant cette information concernant Emmaus, sans s’arrêter au titre « écrit pour faire sensation » je vous invite à lire les réponses du mouvement Emmaus ici :
      http://destimed.fr/+Reaction-de-la-communaute-Emmaus-apres-la-diffusion-sur-Canal-ce-15-juin-d

      Dans un communiqué, la communauté Emmaüs se dit révoltée et scandalisée par l’émission "Spécial Investigation : Emmaüs le business de la misère ?" diffusée sur Canal+ ce lundi 15 juin.

      Indiquant que « depuis 58 ans, la communauté Emmaüs de Marseille Pointe Rouge agit avec ses 56 compagnes et compagnons et ses 50 bénévoles :
      – Du mardi au vendredi à 7h30, 52 fois par an, en haut de la Canebière, 100 personnes de la rue commencent leur journée avec un café chaud, un croissant et une banane ; à 11h une soupe et une orange leur sont servies. Un grand brunch solidaire avec nappe blanche et serveurs stylés est organisé à Noël.
      – 7 jours sur 7 plus de cent donateurs quotidiens ignorent les marchands sur internet et nous confient les biens dont ils n’ont plus l’usage. Ces biens sont transformés en solidarité.
      – Une fois par an un container chargé à ras bord part à Emmaüs Bénin. 5 000 euros prélevés sur les ventes aident à travers Emmaüs International à mener à bien l’adduction d’eau aux 60 000 habitants du lac Nokoué
      – Des containers remplis de matériel médical partent régulièrement pour la Tunisie à travers une association partenaire et amie. Une presse à huile a offert un revenu à une douzaine de femmes tunisiennes.
      – Deux soirs de suite "Noirs et Bancs" la troupe de théâtre de nos compagnes, compagnons et amis a dit sa révolte devant une centaine de spectateurs enthousiastes et émus.
      – Du mardi au samedi, le matin, les gens de la rue viennent chercher gratuitement vêtements et objets de première nécessité.
      – Des familles sans ressources adressées par les assistantes sociales des quartiers viennent s’équiper gratuitement.
      Cela dure depuis 58 ans, pour cet anniversaire encore un public nombreux a manifesté sa solidarité à la communauté Emmaüs de Pointe Rouge. C’est cette réalité quotidienne à côté de laquelle est passée Gabrielle Dréan, l’auteure du 52 minutes "Spécial Investigation" diffusé le lundi 15 juin sur Canal+.

      La communauté Emmaüs de Pointe Rouge invite la presse et le public à venir constater sur place, qu’au 110 traverse Parangon 13008 Marseille, 56 compagnes et compagnons, 50 bénévoles et une dizaine de salariés proposent une alternative vivante et épanouie au monde désespérant qu’elle nous propose. »

      La suite des réponses avec les commentaires :http://destimed.fr/+Reaction-de-la-communaute-Emmaus-apres-la-diffusion-sur-Canal-ce-15-juin-d

      Et voici le reportage vidéo complet de Gabrielle Dréan :

      http://www.dailymotion.com/video/x2uzk79