Nidal

“Actually, throughout my life, my two greatest assets have been mental stability and being, like, really smart.”

  • Seenthis, peux-tu m’éclairer : il me semble que le Monde vient de faire un gros titre de sondage sur… sa marge d’erreur : Macron enregistre un gain de 2,5 points à l’issue du débat de l’entre-deux-tours
    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/05/05/macron-enregistre-un-gain-de-2-5-points-a-l-issue-du-debat-de-l-entre-deux-t

    2,5 points, sur un échantillon de 2632 personnes, d’après la fiche technique d’IPSOS, ça donne une marge d’erreur d’un peu moins de 2,3 points (page 3) :
    http://www.ipsos.fr/sites/default/files/doc_associe/notice_technique_eef2017_-_vague_30av-01_mai_-_ipsos_cevipof_le_monde.pdf

    Bref, entre le taux d’erreur du sondage précédent, et le taux d’erreur de celui-ci, il me semble qu’il serait tout aussi vrai d’annoncer qu’on n’a aucune indication sur l’évolution des intentions de vote pour Macron… Non ?

    • À la taille d’échantillon de 2632 et une « vraie » valeur de 50%, on a une incertitude liée à un échantillonnage aléatoire de ±1,9%

      Réponse pour la forme, puisque
      – il ne s’agit pas d’échantillonnage aléatoire
      – il y a des chances que l’effet auto-réalisateur (resp. auto-destructeur puisqu’on ne sait pas dans quel sens ça ira…) de la publication du sondage soit d’un ordre de grandeur égal à l’erreur d’échantillonnage

    • emmanuel macron obtiendrait 62% des voix, d’après trois sondages RTS - reuters/jc - 5 Mai 2017 14h15
      http://www.rts.ch/info/monde/8597630-emmanuel-macron-obtiendrait-62-des-voix-d-apres-trois-sondages.html

      Alors que la campagne pour le second tour de l’élection présidentielle française se termine ce soir, trois sondages donnent le candidat du centre vainqueur avec 61,5 à 62% des voix devant Marine Le Pen.
      Trois sondages ont été publiés vendredi et tous donnent quasiment le même résultat.

      Le premier, Elabe pour BFM TV et L’Express donne Emmanuel Macron vainqueur avec 62% des voix devant Marine Le Pen qui n’en récolterait que 38%.
      Le deuxième, OpinionWay-Orpi pour Les Echos et Radio Classique, donne exactement le même résultat.

      Marcon gagne un à trois points
      Le troisième, Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France pronostique une victoire d’Emmanuel Macron avec 61,5% des voix contre 38,5 à Marine Le Pen.

      Les trois instituts montrent une montée d’Emmanuel Macron d’un à trois points en toute fin de campagne, après le dernier grand débat télévisé de mercredi soir.
      . . . . . .

      #présidentielle #sondages #macron #élections

    • En outre, le calcul « traditionnel » (et faux, pour les raisons ci-dessus), celui dont les résultats sont fournis dans les tables en annexe (dit « classiquement », test de comparaison à un standard) est doublement faux, car il est basé sur l’idée que l’on compare le pourcentage estimé dans le sondage que l’on commente avec un pourcentage connu de façon certaine (ie non entaché d’erreur d’échantillonnage).

      Or, en vrai, on le compare avec une valeur précédemment estimée, elle aussi. Et donc, elle aussi, dotée d’une certaine (im)précision d’estimation. En toute rigueur, il faudrait mener un (tout aussi classique) test de comparaison de moyennes, ce qui pour faire vite et en supposant que le sondage précédent avait le même nombre de répondants aboutit à multiplier par √2 la valeur de l’intervalle de confiance précédent.

      On passe alors de ±1,9% à ±2,7% ; si la différence entre les 2 valeurs est inférieure à 2,7%, on conclut que (au niveau de confiance 95%) les deux sondages donnent le même résultat… (écart non significatif)

      En vrai (bis) le pourcentage précédent est plus ou moins une synthèse des différents sondages antérieurs (donc avec un effectif enquêté plus élevé et donc une précision d’estimation meilleure). Mais je chipote, parce que de toutes façons, ce type de calcul ne s’applique pas (sondages non aléatoires) et que l’on ignore totalement les biais résultant de la base de sondage (ensemble des individus dans lequel on va piocher les enquêtés) et du déroulement même du processus d’enquête. Pour ne pas répéter ce que je disais plus haut sur le fait que la diffusion du résultat de l’enquête modifie dans un sens qu’on ne connait pas le comportement des enquêtés.

      Mais ça fait toujours sérieux de parler d’intervalle de confiance et de précision d’estimation…