• Anne Hidalgo demande l’annulation d’un festival en partie réservé aux femmes noires
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/05/28/anne-hidalgo-demande-l-annulation-d-un-festival-en-partie-interdit-aux-blanc

    Anne Hidalgo a fait savoir, dimanche 28 mai sur Twitter, qu’elle demandait l’annulation d’un festival décrit par ses détracteurs comme « interdit aux Blancs » et allait « saisir le préfet de police en ce sens ». Condamnant « avec fermeté » cet événement, la maire de Paris n’a pas exclu d’attaquer en justice ses organisateurs « pour discrimination ».

    Le festival Nyansapo, prévu du 28 au 30 juillet, se présente sur son site Internet comme un « festival afroféministe militant » organisé en quatre espaces : un « non-mixte femmes noires [80 % du festival] », un « non-mixte personnes noires », un « non-mixte femmes racisées » et un dernier « ouvert à tous ». Le festival doit se dérouler à la Générale, un local situé dans le 11e arrondissement et qui appartient à la Ville de Paris.

    Wallerand de Saint-Just, président du groupe Front national (FN) au sein de la région Ile-de-France est contre ce festival. Très vite il a le soutiens d’organisation que je ne pensait pas si voisine du FN... enfin pas à ce point...

    La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) avait elle aussi pris position contre le festival, déplorant que « le combat antiraciste [soit] devenu l’alibi d’un repli identitaire ». Joint par LCI, le président de l’association Alain Jakubowicz a dénoncé un événement « terrifiant et déséspérant » où « des gens qui se sentent victimes de racisme ou de discrimination ne trouvent pas d’autre issue que l’entre-soi ».

    Que des femmes noires se réunissent entre elles pendant certains moment d’un festival, TERRIFIE la LICRA. On a droit à un bel inversion des responsabilités. Des personnes discriminées qui s’organisent entre elles c’est du repli identitaire. Le FN par contre c’est de gens ouverts avec qui on peu être d’accord à la LICRA. Les identitaires ce sont les afromilitantes...

    Apportant son soutien à la maire de Paris, SOS Racisme a jugé « sur le plan politique » ce festival comme une « faute – sinon une abomination – car il se complaît dans la séparation ethnique là où l’antiracisme est un mouvement dont l’objectif est post-racial ».

    SOS racisme aligné sur le FN on commence à être habitués. On parle carrément d’abomination....

    La Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) a quant à elle dénoncé sur Twitter « l’organisation d’un festival comportant des espaces “en non-mixité” fondés sur la race ». « La lutte contre le racisme est l’affaire de tous et ne saurait justifier tout repli identitaire. »

    Quel bande d’ordures, le repli identitaire c’est par l’organisation autonome des personnes concernées. Parler de « terreur » et « d’abomination » pour cet événement est complètement hallucinant. Que je sache une organisation pédocriminelle multirécidiviste comme l’église catholique commet l’abomination de ne pas autorisé de mixité et discrimine les femmes depuis toujours et cette bande abject de misogynes violeurs d’enfants bénéfice de l’occupation gratuite des locaux publiques et même de subventions publique via le concordat.

    Enfin les festivals de nazis eux ne risquent rien, pour eux pas besoin de marquer sur leurs flyers que les personnes racisées sont interdites, ce sont de véritables républicains. Alors Anne Hidalgo, SOS racisme, la Licra et l’autre Dilcrah peuvent félicité les nazis et leurs amis du FN, eux ne sont pas des identitaires dans le replis, ils sont des « post-racistes » pas comme ces abominables femmes noires terrifiantes !!!

    #renversionniste #inversion #racisme

    • En plein week-end de pentecôte (édit. : ascension, en fait), Anne Hidalgo réagit dans l’heure à la sollicitation du FN qui relaie le harcèlement subi par MWASI de la part des fafs. La communication compulsive, avec demande solennelle d’intervention du préfet de police, met son propre cabinet dans l’embarras.

      http://www.liberation.fr/france/2017/05/28/aux-origines-de-la-polemique-sur-le-festival-afrofeministe-nyansapo_15728

      Le problème, c’est qu’Anne Hidalgo a cru que l’intégralité du festival se déroulerait dans les locaux de la Générale. Or, les ateliers organisés en non-mixité se tiendront dans un lieu privé, explique le collectif Mwasi. La mairie de Paris ne devrait donc avoir aucun droit de regard dessus.

      La phase de damage control va commencer pour Hidalgo. En attendant elle aura pelleter du charbon dans la machine à harceler pilotée par les fafs. Ceux-ci vont se prévaloir de l’agitation médiatique pour possiblement perturber les lieux et les événements qu’ils prennent pour cible. Elle a jamais entendu parler des méthodes de Civitas, Riposte Laïque et autres nuisants, Hidalgo ?

    • SOS Racisme a jugé « sur le plan politique » ce festival comme une « faute – sinon une abomination – car il se complaît dans la séparation ethnique là où l’antiracisme est un mouvement dont l’objectif est post-racial ».

      Alors celle-là il faut l’encadrer !! Abomination mdr !!! Ils n’ont rien trouvé de plus fort : il y avait aussi monstruosité, crime contre l’humanité ou génocide. Ils n’en sont pas loin… Allez les gars, continuez, vous y êtes presque !
      Ces gens sont nos véritables ennemis politiques : PS, Licra, Sos racisme. C’est toujours bien d’avoir des piqûres de rappel et là ça en est une sacrée !

      Post-racial

      oui oui on sait tout le monde il est pareil, tout le monde il est égaux et si on dit le contraire c’est qu’on est ségrégationniste loooooool

      Si vous voulez soutenir financièrement l’organisation :
      https://www.lepotcommun.fr/pot/55bdrc55