• Nawal Ben Aissa, figure montante de la contestation dans le Rif marocain
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/06/02/nawal-ben-aissa-figure-montante-de-la-contestation-dans-le-rif-marocain_5137

    Cheveux lâchés, micro en main, la jeune femme harangue la foule de plusieurs milliers de personnes venues se rassembler pour le cinquième soir consécutif dans le quartier de Sidi Abed, à Al-Hoceima. « Je m’adresse à tous les Marocains : le Rif saigne ! L’Etat nous opprime. Tous les droits des Rifains sont bafoués, lance la militante sous les applaudissements. Mais nous allons continuer à lutter contre cette injustice. Ils peuvent arrêter autant de militants, de jeunes et de femmes qu’ils veulent, nous n’allons pas baisser les bras. » En bas de la rue, des dizaines de véhicules de police et de forces anti-émeutes barrent l’accès au centre-ville.

    Nawal Ben Aissa, 36 ans, est-elle le nouveau Nasser Zefzafi ? Trois jours après l’arrestation du charismatique leader du Hirak, le mouvement social qui secoue le Rif depuis sept mois, la jeune mère de famille – elle a quatre enfants âgés de 4 à 13 ans – semble en tout cas s’imposer comme la figure montante de la contestation. C’est elle qui tient désormais le rôle de porte-voix dans les manifestations qui se tiennent chaque soir après la rupture du jeûne du ramadan dans cette ville du nord du Maroc.

    …depuis sept mois…, il faut cet ingrédient people pour que ce mouvement de fond à Al Hoceima et dans le Rif émerge (un tout petit peu) dans le flot médiatique…

    • Bémol de Tel Quel

      Nawal Ben Aissa est-elle vraiment la relève de Nasser Zafzafi? | Telquel.ma
      https://telquel.ma/2017/06/02/nawal-ben-aissa-bien-releve-nasser-zafzafi_1549031

      Surtout, dans les rangs de la manifestation, on est fier qu’une femme se fasse le visage du mouvement. « C’est la première fois que les femmes sont autant présentes dans les contestations du Rif. C’est historique, » nous confie alors l’un d’entre eux. La presse nationale et internationale étant particulièrement présente ce jour-là aussi, et tentant de rationaliser un mouvement dont les subtilités échappent parfois aux journalistes, elle voit rapidement en Nawal Ben Aissa le nouveau leader du mouvement populaire. La Rifaine de 36 ans se rend accessible pour des interviews au cours desquelles elle incarne une révolte apaisée, pacifique, et féminine.

      Elle incarne, certes. Mais elle ne dirige pas. Et TelQuel a pu parmi d’autres médias commettre des imprécisions à cet égard.
      […]
      Alors, feu de paille Nawal Ben Aissa ? Les médias, et TelQuel aussi à sa manière, lui ont assurément prêté plus de prérogatives qu’elle n’en avait. Nawal Ben Aissa est l’un des visages de ces manifestations. Un visage beaucoup filmé et photographié au cours des derniers jours. Un visage féminin qui symbolise la forte présence des femmes dans les rangs du mouvement populaire. Le visage d’une femme engagée et investie.

      La figure incontestée du mouvement demeure Nasser Zafzafi. En témoignent ses portraits (sur le t-shirt de Nawal Ben Aissa aussi) et les slogans (« Koulouna Zafzafi ») omniprésents dans les manifestations. Sa libération et celle de ses codétenus est devenue la première revendication du Hirak. Une condition sine qua non selon les militants pour, éventuellement, ouvrir la porte du dialogue sur les revendications suivantes.

    • Quant à Nasser Zefzafi (ou Zafzafi) il a été transféré à Casablanca où sa garde à vue (de 96 heures…) a été prolongée.

      Casablanca : Nasser Zefzafi transféré à la prison de Oukacha
      https://www.yabiladi.com/articles/details/54313/casablanca-nasser-zefzafi-transfere-prison.html

      L’information est parvenue via un communiqué du procureur général du roi d’Al Hoceima : Nasser Zefzafi a été transféré à la prison de Oukacha de Casablanca. L’écrit annonce le transfert des dossiers de cinq personnes, dont Nasser Zefzafi, à la Cour d’appel de Casablanca, et ceci suite à la décision de la Chambre criminelle près la Cour de cassation. Ces personnes ont été « arrêtées à Al Hoceima et placées en garde à vue pour leur implication présumée dans des crimes d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat ».

      Nasser Zefzafi — Wikipédia
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Nasser_Zefzafi

      Le 26 mai 2017, lors de la prière du vendredi à la mosquée Mohammed-V d’Al Hoceima, il empêche le khatib (prédicateur) de continuer sa khutba (prêche), prononçant un discours improvisé critiquant les institutions, accusant l’imam de se servir de la religion pour faire un discours politique, et d’être « à la solde du makhzen ». Le jour même le procureur de la cour d’appel d’Al Hoceima a ouvert une enquête et a lancé un mandat d’arrêt contre Nasser Zafzafi.

    • Perturbation du sermon du vendredi (le 26 mai) à Al Hoceima.

      On notera qu’une telle interruption est voisine d’un blasphème (voire assimilable à un blasphème, selon les interprétations) et que le roi est, de par la Constitution marocaine, #Commandeur_des_croyants

      Je ne sais pas si, aujourd’hui au Maroc, la khutba est toujours un attribut de la souveraineté et si celle-ci doit toujours se prononcer en se référant au souverain.

      Al Hoceima : Zefzafi porte atteinte à la prière du vendredi | Infomédiaire
      http://www.infomediaire.net/al-hoceima-zefzafi-porte-atteinte-a-la-priere-du-vendredi

      Le ministère des Habous et des affaires islamiques a fermement dénoncé, ce vendredi, ‘‘ les agissements prémédités’ ’ de Nasser Zefzafi ‘‘ qui a manqué de respect et de considérations dus aux mosquées lors de la prière du vendredi à Al Hoceima ’’, indique un communiqué de ce département. Ci-après le texte intégral du communiqué :

      “ Une mosquée de la ville d’Al Hoceima a connu lors de la prière du vendredi un désordre énorme lorsqu’un individu, debout, s’est mis à crier à la face du prédicateur en le traitant des pires qualificatifs provoquant un chaos l’empêchant de prononcer le deuxième prêche, ce qui a porté atteinte à la prière et à la communauté.

      Outre les dispositions de la loi stipulant des sanctions à l’encontre de toute personne qui entrave l’accomplissement des rites religieux, cet incident constitue, pour la conscience de la nation, un comportement ignoble dans ce pays qui vénère et respecte hautement les pratiques religieuses et les rites.

      Le ministère des Habous et des affaires islamiques dénonce fermement ces agissements préméditées manquant de respect et de considération dus aux mosquées conformément au Verset coranique dans lequel le Tout Puissant dit : ‘Qui est plus injuste que celui qui empêche que, dans les mosquées d’Allah, on mentionne Son nom, et s’efforce à les détruire’ ’’.

    • Al Hoceima : les habitants appelés à boycotter la prière du vendredi (article du vendredi 2 juin)
      https://www.bladi.net/priere-vendredi-al-hoceima-boycott,48364.html

      Le bras de fer continue entre les autorités et le mouvement Al Hirak. Une grève générale de trois jours est annoncée à partir d’aujourd’hui à Al Hoceima.
      Dans des messages largement diffusés sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, le mouvement de contestation appelle à une large mobilisation de boycott du prêche et la prière du vendredi dans toute la ville pour protester, entre autres, contre l’arrestation de leur leader, Nasser Zefzafi.
      […]
      [La responsable de la section locale de l’Association marocaine des droits humains (AMDH)] indique également que depuis le début du ramadan, des rassemblements pacifiques ont lieu tous les soirs après la prière des Taraouih, notamment au quartier populaire de Sidi El Abed.