• L’Inquisition - Chroniques de Prof #12 - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=OVGYTGkTO2A

    La Chasse aux Sorcières - Chroniques de Prof #14 - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=kXsHRgnRnVU

    La Prof au Sabbat - Bulletins de Prof #2 - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=SUPZZyI3gPU

    @mona
    #sorcières #femmes #histoire #inquisition

    L’explication fournis pour la chasse aux sorcières dans ces vidéo m’a semblé original. Si vous avez pas le temps de voire la vidéo : Quant les pays du nord de l’Europe ont été christianisé l’église a envoyé des clercs faire l’éducation des enfants et leur parlé de diables, sorcière. Les enfants très impressionnables auraient dénoncés beaucoup de femmes. La plus part des dénonciations auraient été faites par les enfants. J’ai pas rencontré cette théorie ailleurs mais c’est pas impossible que ca sois une des divers explications qui n’exclue pas les autres.

    –---------------------------
    Les surprenantes reliures en peaux de femmes – Savoirs d’Histoire
    https://savoirsdhistoire.wordpress.com/2018/08/25/les-surprenantes-reliures-en-peaux-de-femmes

    ...Mais trêve de bavardages et venons-en au fait. Car s’il est une peau qui déchaîne les passions et suscite les convoitises, c’est bien la peau de la femme. Après tout, n’était-ce pas Jules Renard qui écrivait dans son Journal (1887) : «  Appelons la femme un bel animal sans fourrure dont la peau est très recherchée  » ? Bah, j’imagine que le Jules ne pensait pas à mal en écrivant ces quelques lignes, mais cela n’empêche que la reliure en peau de donzelle connut un certain engouement tout au long du XIXe siècle.

    On apprend ainsi dans le Bulletin de la papeterie, revue parisienne parue en 1898, que deux curieux tomes des Mystères de Paris d’Eugène Sue viennent d’être vendus. Leur particularité  ? Devinez donc : une «  fort belle reliure exécutée avec un morceau de peau humaine  ». Une plaque, sur la garde de la reliure, indiquait en sus : «  Cette reliure provient de la peau d’une femme et a été travaillée par M. Albéric Poutouille, 1874, qui atteste que cette reliure est bien une peau humaine.  » Et comme je n’ai pas pour habitude – si peu  ! – de ricaner sur les patronymes, je vous épargne les quelques jeux de mots très spirituels que j’avais sous le coude.

    Poursuivons donc cette aventure qui nous transporte à la prestigieuse bibliothèque Houghton d’Harvard dans laquelle est conservé un exemplaire Des destinées de l’âme (1879) de l’auteur français Arsène Houssaye. Celui-ci est également relié en peau d’humaine, comme l’indique une note manuscrite trouvée à l’intérieur de la couverture et rédigée par le docteur Ludovic Boulland, ami d’Arsène et ancien propriétaire dudit ouvrage : «  Ce livre est relié en peau humaine parcheminée, c’est pour lui laisser tout son cachet qu’à dessein on n’y a point appliqué d’ornement. […] Un livre sur l’Âme humaine méritait bien qu’on lui donnât un vêtement humain : aussi lui avais-je réservé depuis longtemps ce morceau de peau humaine prélevé sur le dos d’une femme.  » La délicate attention  !
    Des destinées de l’âme.jpg
    Des destinées de l’âme (Houssaye), Houghton Library, Harvard.
    Note 1.jpg
    Note de Boulland intégrée à la couverture Des destinées de l’âme.

    Force est de constater que, pour certains gusses du XIXe siècle, faire relier un de leurs ouvrages fétiches avec de la peau de femme est incontestablement du dernier cri. Aussi, ceux de ces messieurs qui ne voulaient pas se contenter de l’enveloppe charnelle de la première bringue venue devaient rivaliser d’originalité. C’est ainsi que certains relieurs intrépides ne redoutèrent pas d’employer pour cet usage de la peau de «  sorcière  ». Si, si. Ce fut le destin de la dénommée Mary Bateman (à ne pas confondre avec un homme chauve-souris bien connu), une Anglaise accusée de meurtre et d’obscurs faits de sorcellerie, qui fut pendue à York en 1809. Après avoir été disséquée, sa peau fut vendue au plus offrant et servit de reliure à deux ouvrages : Hurt of Sedition de Sir John Cheeke et Arcadian Princess de Richard Braithwaite. Ces deux volumes furent conservés dans la bibliothèque de Mexborought House, dans le Yorkshire, jusqu’au milieu du XIXe siècle où ils disparurent mystérieusement, comme par magie (noire).