Pierre Coutil

de celles et ceux qui marchent avec… (enfin qu’essayent).

  • Fin des contrats aidés à l’Éducation Nationale : toujours plus bas dans le précariat

    Quels contrats aidés à l’école ?

    Adressés aux personnes rencontrant des difficultés pour s’insérer dans la vie professionnelle, ces contrats d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE) sont particulièrement utilisés dans le secteur associatif ou par les collectivités territoriales. Dans l’éducation, ils concernent des aides administratives ainsi que les accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH, ex-AVS). À la rentrée 2016, 68 000 personnes travaillaient dans les écoles avec ce type de contrat. [1]

    Quelles sont leurs missions ?

    Il s’agit principalement des auxiliaires de vie scolaire (AVS), qui accompagnent les élèves en situation de handicap (50 000), des assistants administratifs des directeurs d’école et des missions d’assistants à la vie scolaire dans le secondaire (environ 10 000). [3]

    Ces situations de temps partiels contraints, concernant comme ailleurs principalement des femmes, étaient déjà dénoncés comme l’installation de la précarité en réponse à des vrais besoins des écoles, et correspondants à de réelles compétences.

    Si tous les employeurs sont responsables de cet état de fait, l’Éducation Nationale, matrice institutionnelle de formation de la jeunesse française, n’est pas même fichue de former ses propres contrats aidés ! Cela tombe à point nommé, car l’État, qui a toujours fermé les yeux sur ces négligences particulièrement coupables, a décidé de concentrer les principaux moyens dévolus au financement des contrats aidés en 2017… vers l’Éducation Nationale !

    Aucune vérification n’étant réalisée par l’institution quant à la nature et aux spécifications des postes proposés par les employeurs, on y trouvera aisément toutes sortes d’annonces illustrant l’illégalité patente des employeurs publics ou associatifs à l’égard du dispositif CUI-CAE. Des postes d’enseignants dans des écoles privées du premier degré, ou d’éducateurs de jeunes enfants. Des postes équivalent à ceux de travailleurs sociaux, voire de fonctionnaires… [2]

    Une décision gouvernementale appliquée par les rectorats depuis la rentrée

    Dans les académies, les instructions commencent à trouver leur application  : dans les Bouches-du-Rhône, le Var, la Gironde ou encore le Cher, les rectorats ont déjà mis en œuvre une directive du ministère du Travail leur demandant de suspendre tout renouvellement et tout nouveau recrutement. De quoi inquiéter les syndicats  : «  Les missions, tant d’accompagnement des élèves en situation de handicap que d’aide administrative à la direction d’école, vont s’achever du jour au lendemain. Comment dès lors préparer la rentrée dans de bonnes conditions  ? Quelles répercussions sur les élèves bénéficiant d’une notification d’aide  ?  » s’interroge le Syndicat national unitaire des instituteurs (SNUipp-FSU).
    Ces contrats correspondent à des vrais postes de service. [1]

    Combien de contrats supprimés à l’Éducation Nationale ?

    Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, a néanmoins reconnu lundi que 23 000 contrats aidés seraient supprimés, notamment ceux qui étaient affectés à l’assistance aux directeurs d’école primaire et à des « missions diverses ».
    La secrétaire d’État aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, a de son côté confirmé que les 50 000 contrats aidés AVS seraient « sanctuarisés » tout en précisant qu’il faudrait « remettre à plat » ce statut qui n’est pas satisfaisant. [3]

    Concrètement, sur le terrain, comment ça se passe ?

    X est en CUI et fait fonction d’AVS mutualisée c’est-à-dire qu’elle accompagne deux élèves relevant du handicap (notifications MDPH), et donne, depuis la disparition de l’aide administrative affectée à l’école, des coups de main sur certaines tâches administratives. X a un contrat de 20h hebdomadaires. X est rémunérée 687€ (contrat de droit privé).
    Son contrat arrive à terme. On lui propose de poursuivre ses missions d’AVS mutualisée en devenant AESH. Elle fera dorénavant 22h hebdomadaires. Elle sera payée 605 € (contrat de droit public).

    Z est aide administrative auprès d’un directeur d’école, avec un contrat équivalent à X. Sa mission prend fin à la rentrée. La Direction Académique lui propose aussi un contrat d’AESH auprès d’élèves handicapés. Vendredi, elle se rend à sa nouvelle école pour rencontrer l’enfant et l’équipe pédagogique. Lundi, on la rappelle : finalement, il n’y a pas assez de contrats AESH disponibles sur le département. En fait, elle est juste virée. [4]

    Résumons-nous :
    – Soit t’es virée de ton emploi précaire, soit t’es reprise, mais moins bien payée.
    – Des notifications MDPH ne pourront aboutir faute d’un nombre suffisant de postes d’AESH.

    #éducation #précariat #handicap #MDPH #gestion_du_personnel #contrats_aidés #ressources_humaines #mépris #la_vie_des_riens

    [1] Pas de rentrée sans contrats aidés (L’Humanité)
    https://www.humanite.fr/education-pas-de-rentree-sans-contrats-aides-640325
    [2] De la misère (des contrats aidés) en milieu non-marchand (L’Alterpresse68)
    http://lalterpresse.info/de-misere-contrats-aides-milieu-non-marchand
    [3] La suppression de contrats aidés menace-t-elle la rentrée scolaire  ? (La Croix)
    http://www.la-croix.com/Famille/Education/suppression-contrats-aides-menace-elle-rentree-scolaire-2017-08-30-1200873
    [4] Témoignages personnels

    En savoir plus sur les enfants handicapés en attente d’auxilliaires de vie
    [5] Handicap : pourquoi 3 500 enfants n’ont toujours pas accès à l’école
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/09/21/handicap-malgre-la-promesse-de-macron-3-500-enfants-sans-auxiliaire-de-vie-s

    En savoir plus sur la situations des AESH
    [6] La rentrée de rêve ! ou pas …pour les AESH (UNEAVS)
    https://briand0493.wordpress.com/2017/09/03/la-rentre-de-rve-ou-pas-pour-les-aesh