Articles repérés par Hervé Le Crosnier

Je prend ici des notes sur mes lectures. Les citations proviennent des articles cités.

  • Crise des opiacés aux Etats-Unis : un patron poursuivi pour escroquerie
    http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2017/10/30/crise-des-opiaces-aux-etats-unis-le-patron-d-un-laboratoire-poursuiv

    L’affaire fait grand bruit aux Etats-Unis, où les overdoses ont fait près de 64 000 morts en 2016, selon les chiffres publiés par le Center for Disease Control (CDC) et analysés par le New York Times. Les opiacés sont les substances les plus mortelles avec 20 000 décès attribuables au fentanyl, 15 000 à l’héroïne et 14 000 aux médicaments sur ordonnance, dont le Subsys.

    Selon les autorités, les prescriptions pour ces antalgiques très addictifs ont quadruplé au cours de la décennie, tout comme les overdoses. Cette augmentation spectaculaire s’est répliquée sur toutes les catégories d’opiacés, les consommateurs basculant fréquemment des médicaments aux drogues illégales. Une étude publiée en 2014 révèle ainsi que trois quarts des consommateurs d’héroïne ont d’abord été accros aux médicaments.

    Insys a été l’un des premiers bénéficiaires de cette « épidémie ». Son Subsys, un spray sublingual à base de fentanyl, a été autorisé par la FDA, l’agence de santé américaine, en 2012. Malgré son coût – un mois de traitement coûte jusqu’à 20 000 dollars (17 215 euros) –, le médicament a connu un succès immédiat : selon le rapport annuel de la société, les ventes ont connu un pic à 330 millions dollars en 2015, avec une marge supérieure à 90 %. Le vent a commencé à tourner en 2016, avec les premières révélations sur les conditions de prescription du Subsys : les ventes ont chuté de 26 % et l’année s’est achevée par l’arrestation à Boston de six dirigeants de l’entreprise.

    Mais pas d’inquiétude, le patron est libre après avoir payé une caution ridicule en regard des bénéfices engrangés.

    « Ils ne valent pas mieux que des dealers de rue », a estimé un agent du FBI qui a participé à l’enquête. « Ces accusations représentent une étape importante dans la prise de conscience de la responsabilité des laboratoires pharmaceutiques dans la crise des opiacés. Le FBI enquêtera sans relâche sur les organisations corrompues dont les pratiques commerciales encouragent la fraude au mépris de la sécurité des patients », a poursuivi le policier. Arrêté à Phoenix et entendu par une cour fédérale, John Kapoor a pu repartir libre moyennant une caution d’un million de dollars. Son passeport a été confisqué.

    #Opioides #Subsys #Big_pharma #Voyoucratie