• En 2017, on dissuade encore des victimes de viol de déposer plainte | Slate.fr
    https://www.slate.fr/story/153032/depot-plainte-viol

    Seule une victime de viol ou de tentative de viol sur dix dépose plainte. Mais même une fois la porte du commissariat ou de la gendarmerie poussée, l’accueil est encore trop souvent inadapté, voire traumatisant.

    Sauf que dans les faits, seules 11% des victimes d’un viol ou d’une tentative de viol (soit environ 98.000 cas chaque année) et 2 % des victimes d’agression sexuelle se déplacent dans un commissariat ou à la gendarmerie pour déposer plainte, selon l’enquête « Cadre de vie et sécurité » de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, qui étudie la période 2011-2015.

    De plus, 82% des victimes ont mal vécu le dépôt de plainte et 70% ne se sont pas senties reconnues comme victimes par la police et la justice, selon l’enquête « Impact des violences sexuelles de l’enfance à l’âge adulte » (2015) menée par l’association Mémoire traumatique et victimologie.

    C’est ce qui est arrivé à Aline, 31 ans. Violée par son ex-copain, elle a passé la porte d’un commissariat un samedi soir de 2010. « Le policier m’a demandé pourquoi je ne m’étais pas “mieux défendue”. Il m’a dit qu’il n’y avait pas d’éléments pour déposer plainte. » Ses interlocuteurs ne prendront qu’une main courante.