Nidal

“Actually, throughout my life, my two greatest assets have been mental stability and being, like, really smart.”

  • J’apprends avec 3 jours de retard le décès du grand Edward Herman, notamment co-auteur avec Chomsky de Manufacturing Consent (1988), que je tiens pour le livre qui a eu le plus d’influence sur ce qui est devenu, en France, « la critique des médias » (ou, précisons désormais, la critique de gauche des médias…) et, pour les gens de ma génération, ce que nous avons fait et ce que nous faisons encore avec l’internet.

    Et, comme une confirmation des « filtres » qu’ils ont défini il y a près de 30 ans dans ce livre : il est fort probable que tu sois passé à côté de cette triste nouvelle…

    Noam Chomsky and Edward Herman (Oct. 1, 1993)
    https://www.youtube.com/watch?v=_D6gOowwAVY

    • #critique_médias (merci pour l’info @nidal j’étais en effet passer à côté) #bulle_de_filtres

      Il avait écrit ça pour le @mdiplo il y a quelques décennies, sur un autre sujet (quoique) : « Dictature aux Philippines sous le masque de la démocratie », par Walden Bello & Edward S. Herman (septembre 1984)
      https://www.monde-diplomatique.fr/1984/09/BELLO/38165

      Depuis qu’ils occupèrent Cuba au tournant du siècle, les Etats-Unis ont souvent parrainé des « élections libres » afin de stabiliser des régimes alliés, ou de légitimer l’édifice politique auquel allaient leurs préférences après une période d’occupation et de pacification prolongée, ou encore pour regrouper l’élite locale derrière un candidat qu’ils cautionnaient. Plus récemment, le dessein fondamental a moins été de stabiliser un pays que de bien montrer à l’opinion publique et au Congrès la pureté des intentions américaines. Tel fut notamment le cas au Salvador.

      Les élections législatives qui se sont déroulées aux Philippines le 14 mai dernier offrent l’exemple d’une élection organisée à la fois pour convaincre l’opinion publique américaine, très sceptique à l’égard du président Marcos, et pour stabiliser la situation intérieure en isolant l’aile progressiste et populaire de l’opposition et en ressoudant une élite divisée.

      Ce n’est pas la première fois que les Etats-Unis interviennent aux Philippines pour désamorcer une situation menaçante dans leur ancienne colonie.